Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Le Cepii s'interroge sur la politique d'immigration et sa capacité à pallier les coûts du vieillissement

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 05/12/2011

0 commentaires

Réponse : oui, mais au prix de transformations démographiques en profondeur

Le Centre d’études prospective et d’informations internationales (Cepii) s’est interrogé en juin 2011 sur la contribution de différentes politiques migratoires susceptibles d’alléger le poids fiscal du vieillissement. L’étude (N° 311) menée par Xavier Chojnicki et Lionel Ragot rappelle en se basant sur plusieurs études récentes que « en moyenne, les migrants contribuent moins aux recettes de la protection sociale que les autochtones et perçoivent plus de prestations ». Cette différence de contributions nettes s’observe essentiellement pendant la période de la vie active et s’explique « principalement par des différences de

Cet article est réservé à nos abonnés agevillapro

Pourquoi cette information est-elle payante ?

Notre rédaction se mobilise quotidiennement pour réaliser deux newsletters hebdomadaires et alimenter le site internet d'agevillagepro, dédié aux professionnels du secteur, en informations techniques, dossiers d'actualité ou de fond.

J’ai déjà un compte

mot de passe oublié

Abonnez-vous pour accèder à notre contenu exclusif

Actualités, outils pratiques, textes officiels, appels à projets : retrouverez chaque semaine toute l’information utile aux professionnels du secteur

Découvrir les abonnements
Partager cet article

Sur le même sujet