Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Qualité & management

Intérêts particuliers et intérêt général

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 19/03/2012

0 commentaires

Annie de VivieLa campagne électorale qui se déroule sous nos yeux, apporte son lot habituel de promesses.
Les sujets sociétaux fondateurs dont les enjeux sont difficiles à expliquer en quelques minutes, ont du mal à être réellement abordés dans ces débats” qui tournent à la joute verbale. Un sujet complexe comme la compensation des situations de handicaps à tout âge est jusqu’ici soigneusement évité.

Par ailleurs, on voit les différentes fédérations professionnelles (des secteurs personnes âgées, personnes handicapées, du domicile, des établissements d’hébergement), les associations représentatives des usagers, les collectifs, tenter d’exposer leurs problèmes, leurs enjeux et d’obtenir des candidats qu’ils les écoutent, voire s’engagent à répondre à leurs questions individuelles, à leurs intérêts particuliers.

Sur le terrain du vieillissement, les enjeux sont majeurs : quid des services publics d’intérêt général (de l’enseignement à la santé en passant par la justice, le vivre ensemble quotidien) ? Comment les financer, les évaluer, les ajuster ?
Le déploiement des technologies, des réseaux, fait que demain aucun acteur ne pourra échapper à la notion d’évaluation (voir les avis des résidents des maisons de retraite”), de partage d’informations (DMP, systèmes d’informations), de mutualisation.

Mais dans quel intérêt ?
Quand les moyens financiers se tendent, les choix à opérer deviennent plus difficiles encore. Faute de débat de fond, faute d’explications sur les enjeux les plus importants, le risque de cassure ou de révolte populiste est à craindre. Jean-Paul Delevoye, ancien médiateur de la République, Président du CESE, craint ainsi la montée des extrêmes. Il appelle au civisme des acteurs, au sens de l’intérêt général face au dangereux développement des inégalités, pour notre démocratie.

La cohésion sociale est un des piliers de l’économie rappelait récemment Dominique Balmary, le président de l’Uniopss. la solidarité est un investissement nécessaire et rentable. Investir sur la solidarité est le titre d’un appel de plus de 50 associations.
Les droits de l’homme âgé en France méritent d’être réaffirmés et défendus, rappelait aussi le colloque sur le droit de vieillir, et ce malgré l’atonie de la campagne électorale sur ce sujet.
Les réponses à apporter aux questions posées par ces personnes âgées dépassent les intérêts individuels et corporatistes. La place de la personne âgée dans la société nous concerne tous.
Certains pays l’ont bien compris : la Grèce considère que les services aux personnes âgées peuvent l’aider à sortir de la crise. 

L’économie sociale et solidaire creuse son sillon, doucement, mais surement.
Dans ce contexte de crise, le sénat vient même de lancer un groupe de travail pour ériger ce secteur en contre-modèle”. Loin des grandes mutuelles, fondations…Agevillage et Agevillagepro sont deux médias édités par une entreprise portée par la Caisse des Dépôts et consignations. A notre petite place, nous tentons d’accompagner ce mouvement. Comme entreprise au service de l’intérêt général.

Partager cet article