Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Vie sociale & projet de vie

solidarvioc.com

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 02/05/2012

0 commentaires

Annie de Vivie

Deux ouvrages et un projet européen nous secouent cette semaine et donnent envie d’espérer qu’une société pour tous les âges” est possible. Encore faut-il le vouloir !

Celui de Jérôme Pellissier qui reprend ses réflexions publiées dans La guerre des âges” et sur le site de l’observatoire de l’âgisme (auquel je suis censée plus collaborer !).
L’âgisme ambiant, les idées reçues, les clichés, les poncifs sont toujours négatifs quand on parle des vieux, de la vieillesse.
Comment en sortir ?
Le temps ne fait rien à l’affaire…”, (c’est le tite du livre) quand on est con, on est con” insitait Brassens. Jean Bosko de l’Abbaye du Jouïr, qui a participé à l’ouvrage, le cite bien volontiers.
Il faut dénoncer l’utilisation des vieux comme les bouc-émissaires des maux de notre société. Mais après ?
Avec son TéATr’éPROUVèTe”, Jean Bosko et son équipe secouent les villages de la Nièvre et du Morvan et leurs habitants de tous âges. Sa camionnette d’alimentation culturelle n’est jamais à court d’idées. Sa tournée 2012 démarre en juin !

Autres initiatives : celles du collectif VASI ( Vieillissement Actif et de la Solidarité Intergénérationnelle) en France et en Europe, ouvert à toutes les associations : rejoignez-le !

Lire aussi le joli roman Et puis Paulette…” de Barbara Constantine chez Calman-Levy. Dans un petit village rural, deux, puis trois, puis cinq vieilles personnes vont décider (par la force des intempéries, de la pauvreté, de la solitude, de la dépression, du veuvage) de cohabiter chez Ferdinand, qui a la maison et le jardin suffisamment grands et adaptables.
Ces personnes vont apprendre à partager l’espace, les rites, la vie quotidienne. Elles vont prendre soin les unes des autres, tout en cherchant de l’aide auprès de jeunes étudiants désargentés, ravis de ces services rendus en échange du gite et du couvert.
Les cris, les jeux des petits-enfants égayent le quotidien, qui n’est pas toujours facile, avec tous ces caractères.
Le soir, les conversations peuvent s’éterniser sur le banc devant la maison devenue collective.

Logo solidarvioc

Un vrai message d’espoir quand les années passent et que l’on ne veut pas entendre parler de la maison de retraite.
Ces vieilles personnes seront initiées à Internet par les plus jeunes. Un blog sera même ouvert pour poursuivre l’aventure et échanger en ligne : solidarvioc​.com. Pas très joli, pas très poétique, mais, ça voulait bien dire ce que ça voulait dire”. Le site internet est toujours en construction et attend vos idées, vos initiatives, vos recettes…
A vos claviers !

Partager cet article