Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Fin de vie -« Quelques heures de printemps » : un film pour nourrir le débat de société

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 19/09/2012

0 commentaires

Dans « Quelques heures de printemps », Stéphane Brizé affronte un sujet difficile : le droit de choisir le moment de sa mort. C’est déjà beaucoup mais au-delà, c’est de la relation d’amour qu’il s’agit. Du sentiment qui transpire même quand les mots font défaut. Alain (Vincent Lindon) proche de cinquantaine, sort de prison où il a passé plusieurs années pour une affaire de trafic de drogue et co-habite aves sa mère (Hélène Vincent). Celle-ci condamnée par la maladie, suit une procédure de suicide assisté …Pas de démonstration, pas d’effusion, Stéphane Brizé filme ses personnages « du dedans » pourrait-on dire. La communication entre la mère et le fils est aussi forte dans les silences que

Cet article est réservé à nos abonnés agevillapro

Pourquoi cette information est-elle payante ?

Notre rédaction se mobilise quotidiennement pour réaliser deux newsletters hebdomadaires et alimenter le site internet d'agevillagepro, dédié aux professionnels du secteur, en informations techniques, dossiers d'actualité ou de fond.

J’ai déjà un compte

mot de passe oublié

Abonnez-vous pour accèder à notre contenu exclusif

Actualités, outils pratiques, textes officiels, appels à projets : retrouverez chaque semaine toute l’information utile aux professionnels du secteur

Découvrir les abonnements
Partager cet article

Sur le même sujet