Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Réseaux & territoires

Indicateurs tous azimuts

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 26/11/2012

0 commentaires
Il aura fallu une dizaine d’années, de longues discussions, des expérimentations avec des équipes volontaires pour que des indicateurs qualité des hôpitaux soient suivis et leurs résultats mis en ligne sur le site Platines pour PLATeforme d’INformations sur les Etablissements de Santé.

Cette révolution culturelle dans le monde du soin, pilotée par lHAS (Haute autorité de santé), est saluée par les associations de patients.

L’HAS étudie de nouveaux indicateurs en test (Mortalité) et surtout des indicateurs de pratiques cliniques : tenue du dossier, évaluation de la douleur, dépistage des troubles nutritionnels, risque d’escarre en HAD (Hospitalisation à domicile).

Les fédérations professionnelles alertent sur la démultiplication d’indicateurs, le temps nécessaire à leur saisie, leur traitement.

C’est le directeur et le président de la CME (commission médicale de l’établissement) qui sont responsables de l’information des indicateurs (en lien avec la CRUQ PC : commission des relations avec les usagers et de la qualité de la prise en charge). Les indicateurs validés par l’HAS doievnt aussi être rendus publics sur les documents d’information des établissements.

Demain les établissements de santé seront incités à suivre ces indicateurs (voir l’expérimentation sur 222 établissements volontaires et certifiés HAS).

Et dans le médico-social ?
L’ANESM (agence nationale de l’évaluation et de la qualité des établissement et services médico-sociaux) n’a pas les même modes opératoires que la HAS mais a monté un groupe de travail commun, intégrant l’ANAP (Agence d’appui à la performance) pour réflechir à des indicateurs.

La DGCS (Direction générale de la cohésion sociale) veut trouver de nouveaux indicateurs, repères (complémentaires au GMP/PMP) pour attribuer les crédits aux établissements et services. L’expérimentation se lance.

Chez Agevillage nous avons travaillé un an avec les représentants des établissements d’accueil pour déterminer les critères qui permettent aujourd’hui aux résidents des établissements de donner leur avis, en ligne, sur notre annuaire du grand âge. Certains EHPAD utilisent ce service en ligne comme support de leur enquête de satisfaction de leurs résidents et comme moyen de communication pour valoriser leur qualité de service.

Et demain ?
Des indicateurs de mortalité, de morbidité, de consommation médicamenteuse (un monsieur Médicament vient d’être désigné en EHPAD) ?
Le grand public (au regard des tarifs à sa charge), mais aussi les tutelles chargées d’attribuer les crédits publics, ont de plus en plus besoin d’informations, de repères sur la qualité du service rendu.
Agevillage s’est associé à un nouveau label avec cinq principes et quelques 300 items : le Label Humanitude.
Ce label s’adresse aux établissement d’accueil aujourd’hui et sera décliné vers les services à domicile en 2013.
Le premier établissement labellisé montre la voie.

Définir, suivre et communiquer sur des indicateurs qualité et de performance va devenir évident pour le secteur médico-social.

Transparence, quand tu nous tiens.

Partager cet article