Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Les glandes salivaires ouvrent la voie à un diagnostic plus précis de la maladie de Parkinson

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 21/01/2013

0 commentaires

Une étude de la Mayo Clinic, aux Etats Unis

Un test de la glande salivaire permettrait de diagnostiquer à coup sûr la maladie de Parkinson. Une étude de la Mayo Clinic (Etats-Unis) préconise une procédure nouvelle passant par la salive pour réduire le pourcentage de diagnostics posés à tort (30%) dans le cas de la maladie de Parkinson. La maladie de Parkinson est un trouble progressif du système nerveux qui affecte le mouvement. Des autopsies de patients atteints de Parkinson avaient révélé la présence de protéines anormales dans les glandes salivaires sous-maxillaires. Les chercheurs de la Mayo Clinic proposent de tirer parti de ces données sur le patient vivant. Une première étude expérimentale

Cet article est réservé à nos abonnés agevillapro

Pourquoi cette information est-elle payante ?

Notre rédaction se mobilise quotidiennement pour réaliser deux newsletters hebdomadaires et alimenter le site internet d'agevillagepro, dédié aux professionnels du secteur, en informations techniques, dossiers d'actualité ou de fond.

J’ai déjà un compte

mot de passe oublié

Abonnez-vous pour accèder à notre contenu exclusif

Actualités, outils pratiques, textes officiels, appels à projets : retrouverez chaque semaine toute l’information utile aux professionnels du secteur

Découvrir les abonnements
Partager cet article

Sur le même sujet