Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Accompagnements & soins

Assouplir le cadre sans perdre les repères, la vision

Auteur Annie De Vivie

Temps de lecture 1 min

Date de publication 24/02/2021

0 commentaires

Parce que les professionnels veulent être fiers de leurs merveilleux métiers du lien

Parce que tous les professionnels veulent aligner leurs valeurs : personnelles, professionnelles et les valeurs produites chaque jour dans le prendre soin quotidien.

Parce que les repères éthiques posent et soutiennent le cadre (voir le document repère de Fabrice Gzil face aux dilemnes quotidiens).

Tout l’enjeu est d’éviter les pièges : l’âgisme (“Tous les vieux sont incapables, à protéger”) ; la rigidité face aux singularités des situations complexes accompagnées sur le terrain : celles des personnes atteintes de polypathologies, pouvant générer des troubles sévères du comportement, jusque la fin de vie et après la mort, celles de leurs proches aidants emprunts de désarroi face aux rigidités de décisions autoritaires, non négociées avec les Conseils de la vie sociale (CVS) ou les représentants des proches. 

Comment éviter le piège terrible de l’impuissance qui paralyse ?

La rédaction d’agevillagepro qui a fait peau neuve vous invite cette semaine les résultats de l’enquête ChuPADom pour éviter et limiter les chutes aux domiciles, à apprendre avec la méthode Alarm à analyser les erreurs en quatre étapes, à mettre en place des DAC, dispositifs d’appui à la coordination sur votre territoire.

On le voit au piège de la règle rigide, mettons en œuvre la règle repère qui va, qui doit s’ajuster aux réalités, aux singularités. Le protocole Covid s’assouplit quant à lui pour les personnes en fin de vie, mais certains vont déjà plus loin.

Assouplir les règles va aussi réenchanter, aider à partager la vision d’Ehpad de demain, comme le suggère le Dr Pradines cette semaine. Vers des solutions d’habitats qui rassurent, qui prennent soin de ces terribles maladies, jusqu’à la toute fin de vie. Des solutions qui ont appris de la crise sanitaire, qui se sont connectées aux ressources internes comme la participation des proches, des familles, qui se sont connectées aux ressources de leur territoire.

Assouplir le cadre sans perdre les repères éthiques, sans perdre la vision que l’on peut vieillir debout, que l’on peut aider à vieillir debout, malgré tout, jusqu’au bout.

Vaste programme !

Partager cet article