Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

ANM - approches non médicamenteuses

[Colloque ANM 2021] Transformer le temps en pas, pas à pas (Alain Didier et Emilie de Temmerman)

Auteur Rédaction

Temps de lecture 3 min

Date de publication 18/05/2022

0 commentaires

Parce que la marche c’est la vie, parce qu’elle permet de nous ressourcer, de nous apaiser, de nous reconnecter, de nous ouvrir au monde et de booster notre santé… Un projet concrétisé sur la verticalisation avec de nombreux résultats positifs à la clef ! Nous l’avons fait, maintenant c’est à vous. Demain ne dépend que de VOUS ! A fond la forme !

Mots-clés : verticalité, podomètre, motivation, coaching, « TOUS ensemble »

Aujourd’hui, on sait que 20 minutes de verticalisation par jour évitent la grabatisation des personnes âgées1 et que près de 80 % des grabataires2 que l’on retrouve dans nos établissements de soins sont des grabataires iatrogènes qui auraient pu vivre debout jusqu’aux derniers jours de leur vie.

Ce n’est qu’en travaillant TOUS ensemble (membres du personnel de tous services, de toutes formations, soignants ou non soignants, sans oublier les familles) que nous pourrons tendre vers ces 20 minutes de mobilité journalière pour chacun des résidents.

La création d’un support pour tracer ce temps de marche nous semblait compliquée et contraignante. C’est pourquoi nous avons réfléchi à une méthode fiable pour transformer ces temps de marche en pas, afin d’en faciliter le relevé journalier.

Nous avons étudié la vitesse de marche en mètre par seconde (m./s.) de la moitié de nos habitants, soit une population représentative de 60 personnes. Pour cela nous avons utilisé le « 10 mètres » de marche (10MWT), qui nous a permis de calculer la foulée moyenne des habitants. Celle-ci s’élève à 47 cm. 

Il ne nous restait plus qu’à calculer le nombre de pas que cela représentait sur 20 minutes (notre objectif journalier). Nous sommes alors arrivés à 2800 pas comme recommandation pour nos habitants au sein de notre institution. 

Pour mesurer cet objectif : nous avons cherché un podomètre adapté, à savoir un modèle à porter à la ceinture, déclenchant le comptage à chaque mouvement de hanche.

Ensuite, nous avons mis en place une étude scientifique, via un travail de fin d’études d’un étudiant en kinésithérapie.

60 résidents ont été sélectionnés (un groupe expérimental de 30 et un groupe témoin de 30). Chaque groupe était composé d’hommes debout, d’hommes debout assis et d’hommes assis debout3.

Un test d’endurance de 6 minutes de marche était effectué avant l’étude pour calculer la distance maximale de marche possible.

Le groupe expérimental était « coaché » par l’ensemble des intervenants (service thérapeutique, soins, animation, hôtellerie, familles, etc.) afin d’atteindre cet objectif de 2800 pas journaliers. De son côté, le groupe témoin n’avait que le podomètre comme stimulation.

Les résultats ?

Nous nous attendions à une amélioration du nombre de pas significative dans le groupe expérimental (versus groupe témoin). 

Mais notre démarche visait surtout à démontrer dans quelle mesure toute une équipe d’intervenants professionnels pouvait parvenir à faire évoluer positivement les profils de verticalité des habitants. 

Un engagement collectif : comme un manager et son ensemble de coachs dans un club sportif se réjouiraient de motiver leurs joueurs pour les faire monter de division dans leur championnat.

Les résultats chiffrés sont encourageants. Ils ne peuvent être que bénéfiques et stimulants à la fois pour les résidents, leurs familles et le personnel de l’institution.

Alors, à vos marques, prêts ? Marchez !

1. Avec la démarche Humanitude
2. Etude auprès de 111 malades Alzheimer, avant/​après formation-action Humanitude, publiée dans le supplément de la Revue de Gériatrie de juin 2008
3. Classification Gineste-Marescotti des personnes aidées au sein de la démarche Humanitude

Alain Didier : kinésithérapeute DE, spécialisé en énergétique chinoise. A travaillé durant 23 années en libéral, actuellement salarié en Ehpad au Luxembourg depuis 7 ans. Référent Humanitude depuis 2016 au sein de la structure et formé en dynamique sociale depuis 2020, Alain est une source intarissable de challenges pour nos résidents !

Emilie de Temmerman : infirmière de formation, cadre de santé et actuelle directrice adjointe des soins en Ehpad au Luxembourg. Référent Humanitude et formée en dynamique sociale, Emilie est toujours partante pour se lancer et soutenir les projets de nos soignants et résidents, des plus inattendus aux plus farfelus !

Partager cet article