Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Qualité & management

Debout les femmes qui aident

Auteur Annie De Vivie

Temps de lecture 2 min

Date de publication 29/09/2021

0 commentaires

Beaucoup d’émotions au Congrès des âges et du vieillissement 2021, avec notamment la projection en avant-première documentaire Debout les femmes ! de François Ruffin et Gilles Perret qui sort en octobre.

Il met dans la lumière les invisibles de notre société : ces indispensables femmes qui aident, dans l’ombre, au quotidien.

On le sent touché : François Ruffin, député LFI, co-auteur avec Bruno Bonnell, député LREM, du rapport parlementaire sur les métiers du lien mi 2020. Alors qu’ils sont opposés sur l’échiquier politique, ces deux députés se sont rapprochés pour faire évoluer notre regard social et notre reconnaissance sonnante et trébuchante de ces femmes de ménage de l’Assemblée nationale aux horaires impossibles, de ces aides à domicile, ces accompagnantes d’élèves en situation de handicap de Dieppe, d’Amiens. Elles nous montrent leurs fiches de paye (10 euros de l’heure, 4 heures par jour, pour une amplitude de travail de 12 heures). 

Un projet de loi est déposé. Rejeté.

Même dépit devant le énième report de la loi Grand âge — autonomie pourtant si argumentée par les montagnes de rapports (Libault, El Khomri…). Même si l’avenant 43 revalorise les salaires, si le PLFSS 2022 annonce + 4,2% pour l’Ondam médicosocial avec des recrutements dans les Ehpad, un tarif socle pour les aides à domicile à 22 euros… Ces arbitrages peinent à faire oublier une vraie loi permettant de réformer la gouvernance du système et apporter des financements solidaires, conséquents, pérennisés partout sur les territoires, pour attirer des professionnels qui font tant défaut faute de métiers attirants, valorisés.

Ces invisibles, ces sous-payées, ces exploitées aiment leur métier malgré tout, au risque de le quitter pour trouver de meilleures conditions de vie ailleurs.

Même invisibilité du côté de ce qui se passe de bien et de mal en Ehpad. D’où la création en octobre de l’Observatoire du Grand Age emmené par le cadre de santé Laurent Garcia, calqué sur l’OIP : observatoire international des prisons.

Et si ces femmes se levaient ? Et si s’imposait un service territorial de l’autonomie ? Une proposition défendue par Dominique Libault. Avec des plannings garantissant des temps plein, des équipes du matin, de l’après-midi et du soir, prenant soin de la vie et pas uniquement la survie, estime François Ruffin.

Et si ces auxiliaires de vie imposaient « la société du lien » ? Titre du livre des fondateurs de Alenvi, vers des salariés citoyens, coresponsables, co-décideurs, co-gouvernants de leurs services.

Et si elles étaient formées pour mettre en œuvre des ateliers culturels et intergénérationnels pour préserver la santé et l’autonomie des personnes en situation de vulnérabilité (voir le livre blanc de Tous en tandem) ? Nous sommes convaincus de l’intérêt de ces approches non médicamenteuses dont nous organisons le colloque chaque année. Ces 4 et 5 novembre le thème sera « le temps »… véritable piège pour les femmes qui aident.

Et si elles osaient s’opposer, s’arrêter ?
Ce sont les mouvements sociaux de 2017, 2018 qui avaient déclenché les rapports préfigurateurs de feue la loi Grand âge. Le 6 octobre prochain, l’Uniopss tire la sonnette d’alarme et profite de la une journée nationale des aidants, des 70 ans de la Semaine bleue pour organiser une mobilisation de soutien aux professionnels du médicosocial.

Debout les professionnels, les aidants, les élus, les citoyens, la République !

Partager cet article
Tags