Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Qualité & management

L'âgisme rejaillit sur les professionnels aussi

Auteur Annie De Vivie

Temps de lecture 1 min

Date de publication 03/03/2021

0 commentaires

Comment lutter contre les cyberattaques dans un secteur notoirement fragile ?

Comment lutter contre les désillusions d’une conférence salariale 2021
qui ne s’aligne pas au minimum avec les revalorisations du Ségur de la santé ?

Comment ne pas tomber dans de nouvelles servitudes comme celle de l’obligation du bien-être au travail ? Voir ces outils qui aident à intégrer les principes de santé et de sécurité au travail dans les projets de construction ou de rénovation d’EHPAD.

Comment revaloriser les métiers du grand âge quand l’âgisme individuel et collectif déploie son poison ?

La députée Audrey Dufeu auteure du rapport Réussir la transition démographique pour lutter contre l’âgisme vient de déposer une proposition de loi du même nom.

On le voit : rien de ne sera possible et finançable sans de nouvelles lunettes sur le vieillissement, sur la transition démographique, sur la participation des citoyens qui avancent en âge, dès l’école, dans les médias.

Mais on le voit aussi, face aux fragilités du secteur, face aux situations ultra-complexes qu’il accompagne, un rattrapage et des investissements (rentables) sont nécessaires. Au risque si rien n’est fait que le poison de l’âgisme se répande et voit les générations s’affronter.

Parce qu’on n’attirera pas des professionnels sans une prise de conscience des coûts de la non-qualité, des effets délétères de l’âgisme, des discriminations et du regard désastreux sur ces personnes bien vivantes, debout jusqu’au bout, malgré tout.

Question de vision politique au sens noble du terme.

Partager cet article
Tags