Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Accompagnements & soins

Loire & et nord de la Haute-Loire : les chirurgiens-dentistes de l’association PBDS soignent gratuitement les résidents en Ehpad

Auteur Raphaëlle Murignieux

Temps de lecture 3 min

Date de publication 17/03/2021

0 commentaires

L’association recherche activement de nouveaux praticiens

L’accès aux soins bucco-dentaires est une difficulté récurrente en Ehpad. Il y a 10 ans, l’Institut national de veille sanitaire indiquait que la probabilité de recours au chirurgien-dentiste était diminuée d’un quart lorsque les personnes vivaient en établissement. Avec des conséquences délétères sur la nutrition, le lien social, les troubles cognitifs… Face à ces difficultés, des initiatives émergent peu à peu. Dans la Loire, l’association PBDS (Prévention bucco-dentaire des seniors) se rend depuis 2013 dans les Ehpad du territoire. Mais son activité est aujourd’hui mise en péril par le manque de praticien.

Depuis 2007, le nombre de chirurgiens-dentistes en activité baisse chaque année en France. Il devient de plus en plus difficile pour les résidents d’Ehpad de bénéficier de soins dentaires, en particulier pour les personnes qui peinent à se déplacer.

La Loire n’est pas plus épargnée que les autres départements. Aussi, depuis six ans, les professionnels de l’association PBDS se déplacent dans les Ehpad du territoire. « Les résidents, leurs familles et les professionnels sont souvent démunis pour trouver un chirurgien-dentiste », observe Michelle Mathy, chargée de projet au sein de l’association.

La première année, 307 résidents de six établissements ont ainsi pu bénéficier, sur place, d’un dépistage et le cas échéant de soins (traitement des caries, détartrage, rebasage ou petites réparations de prothèses…). 

En 2019, 3118 personnes se sont fait dépister et 406 ont eu des soins ou des interventions sur prothèse. Au total, l’association est intervenue au sein de 54 Ehpad.

En 2020, malgré la crise sanitaire, PBDS a maintenu ses interventions (hors période de confinement) en appliquant les normes sanitaires préconisées par l’ARS, en direction de 1 756 bénéficiaires (33 établissements visités).

Des soins gratuits pour les résidents

« C’est aussi l’occasion d’informer et de former le personnel sur place, de donner des indications sur la façon de brosser les dents ou de bien regarder dans la bouche des résidents, de donner des clefs pour qu’ils puissent intervenir en première intention », ajoute la chargée de projet.

En parallèle, PBDS a ouvert en 2018 un cabinet dentaire au sein de l’Ehpad La Sarrazinière (Armée du salut), à Saint-Etienne. Une fois par semaine, une permanence y est ouverte pour les résidents des établissements du territoire qui peuvent se déplacer, pour les traitements ou les soins un peu plus lourds. 

L’ensemble de ces interventions, financées par des groupes de protection sociale et, depuis deux ans, par des subventions exceptionnelles de l’ARS, sont gratuits pour les établissements comme les résidents.

« Nous établissons une convention avec les Ehpad », précise Michelle Mathy. « Les établissements doivent simplement s’engager à nous fournir une pièce disposant d’eau et de lumière. »

Recherche dentiste désespérément

Trois chirurgiens-dentistes travaillent aujourd’hui pour l’association, ce qui permet d’assurer au moins un passage par an dans chaque établissement. « Deux, c’est plus compliqué », confie la chargée de projet.

Or c’est ce que souhaitent les établissements du territoire, afin que tous les nouveaux entrants puissent être vus à leur arrivée, pour un dépistage, des préconisations. Car aujourd’hui, moins de 20 % des arrivants en établissement ont recours au cabinet dentaire dans les 6 premiers mois, selon une enquête de l’UFSBD.

Mais l’un des trois professionnels doit déménager en juin 2021 : lassociation recherche donc activement un ou plusieurs praticiens motivés pour s’engager quelques heures par semaine, en étant rémunéré, dans cette démarche d’action sociale.

« D’autant que nous recevons des demandes des départements voisins, comme l’Allier, la Saône-et-Loire, le Rhône et même l’Ain », indique Michelle Mathy.

Aujourd’hui, il est impossible d’y répondre favorablement.

Contacter l’association PBDS : PBDS42@orange.fr ou 06 42 00 62 69

Partager cet article