Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Réseaux & territoires

Ouvrir la boîte noire des Ehpad et du grand âge

Auteur Annie De Vivie

Temps de lecture 2 min

Date de publication 30/03/2022

0 commentaires

Comment ne pas réagir au terme de boîte noire” employé par la ministre Brigitte Bourguignon pour parler des budgets hôteliers des établissements pour personnes âgées dépendantes ?

Une boîte noire comme un trou noir qui absorberait les crédits publics du soin, de la dépendance, mais aussi les énergies des professionnels qui fuient le secteur. L’onde de choc des Fossoyeurs concernant le système Orpea” se poursuit avec un choc de transparence lancé par le gouvernement et un rapport IGF/​Igas qui demande l’autorisation du groupe pour être publié au regard de la loi sur le secret des affaires.

Une boîte noire comme une zone de non droit pour les citoyens qui y vivent, pour les professionnels qui vivent une sinistralité trois fois supérieure à la moyenne des entreprises en France. Certains sont soignants et proches aidants : ils ont bien du mal à accepter de se ressourcer.

Une boîte noire qui dépasse les établissements et touche tout le secteur du grand âge, tout le parcours de l’aide et des soins aux plus âgés avec ses situations sans solutions” : des services aux domiciles exsangues aux libéraux qui voient leurs indemnités kilométriques rabotées.

Et si l’on repensait la boîte de noire de notre rapport au temps en nous inspirant de ce partage entre le sablier et l’agenda, par Antoine Gérard, intervenant à notre colloque 2021 Agevillage/​Humanitude sur les approches non médicamenteuses ? 

Et si l’on ouvrait toutes les boîtes noires pour secouer les modèles, à l’instar des expériences inspirantes présentées en vidéos dans ces études de cas eJourneys contre l’isolement des plus âgés ?

Et si l’on ouvrait la boîte noire du grand âge dans sa globalité, comme le suggèrent les interpellations, les manifestes des professionnels (comme ceux du domicile) adressés aux candidats à la Présidence ? Comme le suggère le dernier rapport Libault pour un service public territorial de l’autonomie ? Comme le suggère le label Territoires/​Villes Amis des Aînés ? Avec des professionnels de l’autonomie, du prendre soin fiers de leurs magnifiques métiers du lien.

Les enquêtes ont libéré la parole (#me too vieille), les boîtes noires du grand âge, de la santé, de l’accompagnement des situations complexes s’ouvrent. 

Sauront-elles livrer leurs secrets et voir votée une vraie loi Grand Age, pour alimenter un vrai 5eme risque autonomie et une politique nationale, territoriale, lisible, financée, rassurante, labellisée ?

Gageons que ces boites noires ne se referment pas après les élections. La pression de l’opinion, des médias, des syndicats, des associations y veillera.

Partager cet article
Tags