Agevillage

Loupes, filtres, téléagrandisseurs... : gros plan sur les aides optiques

Des aides techniques à disposition des malvoyants


Partager :

Suite au dépistage, voire au traitement de la maladie quand cela est possible, et à la rééducation visuelle souvent indiquée, les aides optiques vendues par l'opticien seront d'une aide précieuse complémentaire au quotidien.


Zoom sur les loupes


Objet familier, la loupe est souvent le premier moyen de compensation que l'on acquiert avant même une première consultation chez l'ophtalmologiste. Pour bien la choisir, il est pourtant important de se faire conseiller non seulement par un opticien spécialisé mais aussi par un autre professionnel de la basse vision : ophtalmologiste ou orthoptiste.

Il existe en effet toute une variété de loupes :

Les loupes à main : les modèles les plus gros permettent une lecture plus suivie, plus confortable aussi (pour le journal ou les livres par exemple), mais leur utilisation nécessite un petit apprentissage. Afin de renforcer les contrastes, elles peuvent aussi être équipées d'un système d'éclairage pour les personnes que la lumière ne dérange pas.

Les loupes à poser : elles laissent les mains livre et reste en place, à la bonne distance de lecture. A fond plat, elles permettent d'obtenir une image très nette et très naturelle, quelle que soit la distance entre votre oeil et le document.

Les loupes originales : en pendentif, la loupe de fait discrète. Fixée au miroir de la salle de bain à l'aide d'une ventouse, la loupe pour soins esthétiques laisse les mains libres pour se maquiller  ou se raser. Fixée sur un flexible ou un bras articulé, la loupe peut s'avérer très efficace pour les amateurs de bricolage ou plus simplement pour se couper les ongles.

Aides mono et binoculaires

Ces "outils" permettent de repérer le nom des rues, de déchiffrer une étiquette dans une vitrine ou d'effectuer à nouveau des petits travaux quotidiens. Les systèmes de Galilée ou de Kepler permettent de voir de loin. Les techniques pour voir de près se répartissent en systèmes microscopiques (grossissement de 1,5 à 8 fois) et systèmes télescopiques (20 fois.)


La loupe version électronique

Manuel ou avec un plateau mobile, le téléagrandisseur est une loupe électronique qui grossit certes jusqu’à 50 fois la taille d’un texte original.

Mais cet appareil permet également de régler le contraste, la luminosité ou de lire en video inverse (blanc sur fond noir).

Les téléagrandisseurs se répartissent en deux grandes familles :
1. Le téléagrandisseur manuel dont la caméra se déplace sur le document à lire. Léger, pratique, son usage se limite cependant à la lecture.
2. Le téléagrandisseur à plateau mobile où le texte se déplace sous la caméra. Plus encombrant, il a l’avantage de permettre la lecture, l’écriture ou des activités plus inattendues : se tailler les ongles par exemple. Objet de bureau, ce type de téléagrandisseur peut aujourd’hui être relié à un ordinateur et ainsi partager l’écran d’un PC.

Une solution qui reste chère : il fait compter environ 1000 euros pour les premiers prix.

Filtres et éclairage adapté mieux voir


Une différence de luminosité à peine perceptible pour un bien voyant peut poser pour un malvoyant un problème aigu de vision.

Malgré la grande diversité des types d’atteintes de la vue, qui individualise forcément les besoins d’aménagement de l’éclairage, il existe quelques principes valables pour tous :

  • Privilégier la lumière du jour tout en gardant la possibilité de contrôler son intensité par le biais de stores par exemple.
  • Tenter de reproduire cet éclairage naturel en plaçant la source de lumière en haut et hors du champ visuel. La lumière doit être la plus uniforme possible en évitant les reflets sur les murs.
  • Multiplier le nombre de lampes en fonction des différents usages : lampe de bureau, halogène général, petit projecteur. Il est souhaitable que ces éléments soient facilement réglables et déplaçables de manière à procéder à différents essais.
  • Repositionner les éléments de la pièce en fonction de la gène visuelle ressentie ou les sources naturelles d’éclairage.
  • Mesurer la quantité de lumière, si possible à l’aide d’un luxmètre.

Les filtres permettent quant à eux de protéger ses yeux contre la luminosité trop forte du soleil, mais aussi d'améliorer les contrastes.

Les filtres solaires, foncés, doivent être adaptés à chacun afin de ne filtrer que les couleurs nécessaires : ils doivent donc être prescrits par l'ophtamologiste.

Il réalisera une série de tests pour identifier les plus appropriés.

Quelle prise en charge pour les aides optiques ?


Ces aides optiques ne sont normalement pas prises en charge. Mais il est possible de déposer une demande auprès de l'Assurance maladie, au titre des prestations complémentaires et secours.

Cette aide est attribuée sous condition de ressource, et demande de remplir un dossier, le plus complet sera le mieux.

Autres pistes : le conseil départemental, la mairie, la caisse de retraite, la Croix Rouge, le Lion’s Club ou le Rotary.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -