Agevillage

DEMARCHE QUALITE ET SERVICES AUX PERSONNES A DOMICILE : LES TEMOIGNAGES

« Des associations au bord du dépôt de bilan : Alerte à l’amalgame ! »


Partager :

TEMOIGNAGE DE JACQUES BEFFARA, Administrateur Asmad de Châteauroux (36)

S’il est vrai qu’un certain nombre d’associations de services de soins et d’aide à domicile connaissent une situation financière critique, ces difficultés financières sont essentiellement impactées par l’évolution des accords sociaux de progrès, de l’application des accords salariaux de la branche professionnelle et les exigences de l’application des décrets de la loi de rénovation de l’action sociale et médico-sociale du 2 janvier 2002.

Si nous pouvons nous féliciter des acquis qu’ils procurent à nos personnels en terme de reconnaissance de professionnalisme et d’élimination notoire de la situation de précarité dans laquelle ils exerçaient leur métier, nous avons effectivement à déplorer que ne soit pas pris en compte par les financeurs la réalité des coûts économiques et sociaux qu’ils engendrent, dans le seul souci par les employeurs du secteur, de respecter la loi qui pourtant doit s’imposer à tous. C’est ainsi que l’on ne pourra pas supporter sans dommages pour les associations que les financeurs s’arque boutent sur un statut de financement à taux unique pénalisant ainsi les associations qui s’efforcent d’appliquer conventions et lois.

Cette cruciale problématique posée, qu’en est-il de l’appropriation d’une démarche qualité par les associations ?

Ce que l’on peut affirmer, c’est qu’adopter une démarche qualité c’est tout simplement agir en bon professionnel au quotidien et, par conséquent, en aucun cas il ne s’agit d’un investissement supplémentaire mais simplement d’exercer son métier en en respectant les règles professionnelles, soit un seuil minimum de bonnes pratiques de la profession. Si l’on peut prétendre que faire cela doit conduire à la faillite , excuser du peu mais il faut choisir un autre métier !

Ne pratiquons donc pas l’amalgame et n’agitons pas d’épouvantail en laissant supposer que s’approprier les exigences de la norme NF X 50-056 « Services aux personnes à domicile » serait un véritable carcan générateur que de coûts supplémentaires. L’UNASSAD s’est aujourd’hui investie pour pouvoir démontrer le contraire. Elle a suffisamment capitalisé d’expériences et de compétences qu’elle peut mettre au service de son réseau que ce soit en matière de formation, de conseil, de méthodologie de mise en œuvre , de transfert de compétences et d’outils.Le seul réel investissement à faire pour les associations non initiées est celui de l’engagement personnel de ses dirigeants (Présidents, Directeurs…), préalable incontournable à la mise en œuvre réussie d’une démarche Qualité dont le management sera le meilleur garant de la pérennité de la structure qui s’inscrira ainsi dans un processus d’amélioration continue, à la fois de « sa productivité » et de la satisfaction de ses clients. Fort heureusement bien des témoignages probants peuvent aujourd’hui être mis en avant pour étayer ces affirmations.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -