Agevillage

Bonnes pratiques linge : méthode RABC

Auditer pour garantir la qualité


Partager :

La Fonction Linge bénéficie de peu de supports synthétiques rassemblant les réglementations auxquelles se référer. Néanmoins, étant donné les réelles responsabilités, il s'agit de mettre en oeuvre des process assortis de procédures déclinées, connues, affichées et respectées. Que ce soit via des méthodes d'analyse des risques (HACCP), des supports tels que le référentiel ANAES, ou ANGELIQUE, qui révèlent quelques exigences précises (locaux, procédures...) autour de cette fonction linge. Chaque zone, process peut en effet être source de contamination par : l'air, l'eau,les matériels, les procédures de lavages non respectées (temps, T°, produits),le personnel en contact (hygiène des mains, passage d'une zone sale à une zonepropre sans desinfection, changement de vêtement...), les croisements et contacts des linges propres et sales, le linge sale mal géré (stockage, durée)...Il s'agit donc de mettre en place la garantie d'un linge propre et sain : éloigner et gérer les risques infections nosocomiales par une organisation rigoureuse et un suivi srupuleux des process, quasi "certifiables" !

Première étape : la gestion des circuits "propres/sales".

Les circuits ne doivent JAMAIS permettre un croisement des linges propres et sales (contaminations par contacts, micro-organismes dégagés dans l'air, sur les mains des personnels), et ce que ce soit au sein des lieux de production du traitement du linge (lingerie, blanchisserie, usine du loueur...) qu'au sein de l'établissement lors du ramassage du linge sale et de la livraison du linge propre.Chaque circuit : propre et sale doit être indentifié, connu et respecté.

  • Blanchisserie, lieu de production "aux normes" : marche en avant : centre de tri ( chariots dédiés, personnel formé et équipé : gants, masques, charlottes, blouses...), évaluation (pesées), procédure particulière pour le linge contaminé (identification, décontamination), centre de lavage (sale d'un côté, propre de l'autre, couples : temps/T°/produits lessiviels connus, affichés et respectés par type d'articles), SAS pour le personnel (lavage des mains, des chaussures, changement de vêtements : cf. SAS pour les salles micro-biologiquements maîtrisées), séchage, finition, repassage, pliage, réformes, comptages, emballage, rangement en chariots de distribution, transports.
  • camions dédiés, équipés, entretenus (lavages,desinfection), chauffeur-livreur formé, encadré (procédures, bon de livraisons...).
  • Ascenseurs dédiés ou si croisements : linges enfermés dans des sacs hermétiques, identifiés en chariots dédiés (tri par grand type d'article : linge plat, linde des résidents, vêtemenst du personnel...), procédure de nettoyage-desinfection.
  • Acheminement : procédures (protocoles de lits, taux de changes, dotatins par services...) connues, affichées, respectées : horaires, chaque jour, qui fait quoi : lingères, personnels d'étages, homme d'entretien...
  • Transports, contenants : tri du linge sale en chariots dédiés/fermés/desinfectés, chariots de distribution identifiés/fermés/desinfectés, emballages des articles propres : linge plat, vêtements des personnels, identification facile des livraisons, utilisation interdite d'éventuelles "goulottes"
  • Procédures connues et respectées (protocoles de lit, taux de change...) par un personnel formé, compétent et en nombre suffisant.

2e étape : réaliser des cahiers des charges techniques

Que ce soit pour les articles traités, les matériels utilisés, les produits recommandés, il s'agit de réaliser des cahiers des charges pour l'achat mais aussi des supports (procédures) d'utilisation et de suivi des chaque point.

  • Cahier des charges : achat des articles : linge plat, hôtelier, vêtements professionnels + protocoles/procédures de lit (taux de changes : housses, alèses, draps, couverture...), taux de change des vêtement des personnels connu et respecté.
  • Procédure pour le linge contaminé : tri, emballage, transport, décontamination, lavage, suivi (prélèvements, analyses micro-biologiques...)...
  • Cahier des charges locaux, matériels et équipements : garantir la "marche en avant"; l'hygiène du personnel (SAS); la fiabilité des machines : définir la formation du personnel pour une utilisation optimale, la maintenance préventive, corrective, le service après -vente; les procédures de lavages (type de linge : temps/T°/Produits, tout en respectant l'environnement)...
  • Enquêtes de satisfaction : auprès des utilisateurs, résidents, personnels, responsable lingerie, personnels de service et d'entretien au contact du linge...

3e étape : mettre en oeuvre une démarche qualité

Il ne semble plus possible de faire l'économie d'une telle démarche autour de cette Fonction Linge. Trop porteuse de risques pour l'établissement, elle est à construire en tant que telle ou à insérer sérieusement au sein d'une démarche qualité plus globale. Elle peut êtr eportée par des outils tels que la méthode HACCP, les référentiels existants : ANAES, ANGELIQUE, des ouvrages tels que celui du COTEREHOS de la DRASS Rhône-Alpes, des interventions d'entreprise d'audits, de formations, prestataires de service...

Il s'agit donc d'auditer, de repérer les points critiques puis d'établir un process, des formations, des procédures : outils d'enregistrement, de mesures et de contrôles, et peut-être devoir réaliser des investissements indispensables à la mise en pratique de la démarche (locaux aux normes, chariots dédiés...).(Intervenants métiers : Agevillagepro.com, Marie-Edith Quoniam - Initial BTB) )

Retour au sommaire du dossier



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -