Agevillage

L'observance thérapeutique


Partager :

Les personnes âgées sont scrupuleuses dans le suivi de leur traitement tant que leurs facultés le permettent. Toutefois, la tendance à augmenterle nombre de traitements préventifs apporte un nouvel éclairage sur le sujet. En effet, les personnes âgées sont de plus en plus souvent des patients "polymédicamentés en bonne santé". Or les traitements n'ont d'effets visibles que sur le long terme, et leur prise impose des contraintes à court terme. L'observance thérapeutique se définit comme le degré de concordance entre le comportement d'une personne (en termes de prise médicamenteuse, de suivi de régime ou de changements de style de vie) et les prescriptions ou recommandations du médecin.Près d'un patient sur deux ne suivrait son traitement que partiellement. Environ 90 % de la non observance est sous forme de sous-médication (doses, horaires, produits oubliés, etc.)

Des conséquences importantes

L'inobservance thérapeutique peut avoir des conséquences pathologiques de plusieurs natures :

  • Une baisse de l'efficacité des traitements, en particulier les traitements à long terme,
  • Des surdosages, soit par excès de prise, soit surtout du fait des tentatives du médecin d'équilibrer un traitement considéré comme inefficace en augmentant les doses prescrites.
  • Chacune de ces conséquences engendre, outre les souffrances liées aux complications, de nouvelles dépenses de santé qui auraient pu être évitées, en dehors des effets secondaires des produits.

    Pourquoi cette inobservance ?

    Des difficultés pratiques

    Lors de la prise de traitement, les personnes âgées peuvent éprouver des difficultés à :

  • Mémoriser les prescriptions (trop de médicaments) et les horaires de prises,
  • Lire et bien comprendre les étiquettes, souvent écrites en caractères trop petits
  • Manipuler les différents flacons, ouvrir les bouchons, couper les comprimés…
  • Toutefois, la plupart des personnes âgées déclarent avoir des stratégies pour penser à prendre leur traitement, comme l'heure des repas, l'heure du coucher ou du lever, disposer les médicaments à certains endroits…

    Une connaissance insuffisante des médicaments

    Il est important de savoir à quoi sert le médicament, quels sont les risques en cas d'arrêt, s'il existe des interactions avec l'alcool, le tabac… Cette connaissance dépend du niveau cognitif de la personne âgée, mais aussi des relations avec les professionnels de santé.

    Une hospitalisation

    Autre facteur de dysobservance : l'hospitalisation, du fait des modifications du traitement (le simple nom des médicaments dans la plupart des cas) ou de l'introduction de nouveaux produits.

    Une automédication

    L'automédication chez les personnes âgées joue un rôle majeur dans les effets nocifs des médicaments. Il existe deux types d'automédication : celle peu dangereuse, avec des produits conçus pour cet usage ou conseillés par le pharmacien, et celle dangereuse, par recours à la pharmacie familiale ou aux conseils de l'entourage.Enfin, la non-observance thérapeutique peut aussi être motivée par un "mieux aller" ou par les effets secondaires des médicaments.



    mis à jour le

    LIRE AUSSI

    Partager :


    Vos réactions

    Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



    Réagir à cet article :

    * ne sera pas affiché


    HAUT DE PAGE

    © Eternis SA -