Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Mon proche pourra-t-il emporter ses affaires avec lui ?

Temps de lecture 1 min

Aucun déménagement n’est facile à vivre. Quitter son domicile familier, investi souvent depuis des dizaines d’années, se séparer d’objets témoins de notre histoire, conquérir un lieu inconnu sont de vraies épreuves. Alors, lorsqu’on intègre un Ehpad, il est important d’emporter avec soi certains effets personnels afin de faciliter l’appropriation des lieux.

Les meubles

Les chambres en Ehpad disposent déjà d’un lit et généralement de quelques meubles comme une table, des rangements, un fauteuil…

Toutefois, il est possible d’emménager en emportant avec soi quelques petits meubles afin de personnaliser l’environnement.

Vous pouvez compléter le mobilier déjà présent en emportant par exemple, un petit bureau s’il n’y en a pas, ou remplacer certains meubles par les vôtres. 

S’il y a déjà un fauteuil fourni par l’établissement, il est possible de le changer pour pouvoir conserver le sien et ainsi limiter le dépaysement. 

Il est conseillé de bien se renseigner sur les possibilités d’ameublement à l’occasion de la visite préalable à l’admission.

Le linge et vêtements

Les draps, taies d’oreiller, couverture et le linge de toilette sont fournis par l’établissement et leur entretien est inclus dans le prix hébergement. 

Seuls les vêtements sont à apporter avec soi. Leur entretien est pris en chagre par l’établissement, mais peut parfois donner lieu à un surcoût : une question à poser en amont. 

Il est conseillé d’étiqueter chaque vêtement afin d’éviter toutes pertes, d’autant que la prestation d’entretien est parfois sous-traitée par un prestataire. 

Certains Ehpad proposent au préalable à l’aménagement une liste des vêtements à apporter avec la quantité adaptée. 

Les animaux de compagnie

Si aucune loi n’interdit l’accueil des animaux de compagnie, peu d’Ehpad les acceptent. La direction a en effet la possibilité d’inscrire l’interdiction des animaux domestiques dans son règlement intérieur. 40 à 50 % des établissements laisseraient cependant la possibilité aux résidents d’emménager avec leur compagnon à deux ou quatre pattes.

Se séparer de son chat ou de son chien peut être très douloureux et constituer une entrave à l’épanouissement dans son nouveau lieu de vie. 

La présence de l’animal favorise le bien-être et l’autonomie de son maître et l’accueil ou non de son compagnon peut donc constitué un critère clé au moment du choix de la maison de retraite. 

Si la séparation est inévitable, il est possible de confier son animal de compagnie à la Fondation Assistance aux Animaux ou à la Société Protectrice des Animaux (SPA).

Partager cet article

Sur le même sujet