Agevillage
  >   Actualités  >     >   Saad : pour une généralisat...

Saad : pour une généralisation des CPOM

Point de rupture


Partager :

Alors que le rapport du sénateur Labazée, consacré à la tarification des Saad, vient de paraître, Didier Duplan, directeur général adjoint d’Adessadomicile, revient sur les manquements de la loi ASV en la matière et les solutions pour mieux répondre aux enjeux de l’accompagnement à domicile des plus fragiles. Avec la mise en place d’un CPOM obligatoire pour fer de lance.

Didier Duplan« Sur la question des différences de tarifs, la loi ASV n’a rien réglé du tout », tempête Didier Duplan. Au contraire. Selon lui, elle a même et un « effet brutal », en dotant du même statut, l’autorisation, des services dont le mode de fonctionnement en matière tarifaire n’a rien à voir.

Un changement qui a entraîné « la déstabilisation du secteur et la désorganisation de l’offre. »

La revalorisation de l’Apa à domicile et le CITS ont eu des effets pervers : « dans la mesure où le reste à charge diminue et que le crédit d’impôts rend les heures moins chères pour les particuliers, certains départements n’ont pas jugé utile de revaloriser les tarifs. Les signes favorables donnés par les pouvoirs publics sont gommés à l’échelle départementale. »

Et avec un écart de 7,50 euros entre les tarifs de référence des départements, l’iniquité règne.

« Le point de rupture est atteint. De plus en plus de services ferment. Sur certains territoires, il n’y a plus personne ! »

Lire la suite


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -