Agevillage
  >   Actualités  >     >   La "fracture verticale...

La "fracture verticale"

Chronique de Bernard Pradines


Partager :

Bernard PradinesJe voudrais vous livrer un constat.

Au cours de ma carrière de gériatre, j’ai été frappé par une différence entre nos contemporains : certains comprenaient parfaitement que l’on pût s’occuper des personnes âgées, les soigner et les accompagner ; ils semblaient en saisir le sens et faisaient montre d’intérêt, de patience et d’empathie.
D’autres au contraire étaient totalement réfractaires à ce propos. Ceux-ci considéraient que c’était difficile, ingrat, vain et coûteux. Parfois, leurs sentiments se manifestaient sous la forme d’un rejet ou d’un cynisme qui se voulait cocasse.
De plus j’ai pris progressivement conscience que ces différences d’appréciation concernaient toutes les professions sans exception. Qu’il s’agisse d’un médecin, d’un(e) infirmier(e), d’un aide-soignant(e), d’un agent hospitalier, d’une aide à domicile, d’un directeur d’hôpital, d’un homme ou d’une femme politique.
Je ne sus et ne pus jamais déterminer à l’avance dans quelle posture ces acteurs se situeraient.

Comment expliquer ce fossé, ce « gap » pour prendre un mot à la mode ? Il ne s’agit pas d’un aspect lié aux professions car chacune d’elles est concernée. Je suppose que sont à l’œuvre un vécu personnel, des relations familiales, une culture, derrière de telles différences.
Il me faudrait trois vies pour comprendre ce qui n’est jamais explicité verbalement : le lien intime entre un individu et la vieillesse qu’elle soit réelle, vécue auprès de ses proches ou l’autre, personnelle, anticipée, fantasmée, parfois effrayante.

Quel rôle peut jouer la formation professionnelle pour corriger de telles disparités ? Je ne le sais pas. Voir plus clair dans cette distinction serait probablement utile pour les recruteurs du secteur des personnes âgées bien que la pénurie de personnels interdise souvent de faire la fine bouche.

Je suis preneur d’explications à ce qui est encore une énigme pour moi.


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article. (1 en attente)
Réagir à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -