Agevillage

Le cercle Vulnérabilités et société entend faire changer les regards

La vulnérabilité : « gisement de progrès » ?


Partager :

cercle vulnerabilite et societeApparu sans tambour ni trompette le 24 janvier, le cercle Vulnérabilités et société rassemble pourtant des acteurs et des soutiens de poids : Axel Kahn, Jean Leonetti ou la députée Elisabeth Toutut-Picard, Audiens, Andros, Korian, France Alzheimer ou encore Randstad côté membres. Edouard de Hennezel, son fondateur, a confié à Agevillagepro ses ambitions pour ce nouveau think tank.

En 2013 déjà, Edouard de Hennezel questionnait notre regard sur le grand âge lorsqu’il concevait et animait le Club autonomie et dépendance.

L’originalité de ce nouveau think tank réside dans la largeur de son champ.

« Nous sommes partis d’un constat, celui que la vulnérabilité augmente dans tous les champs de façon quasi inexorable », explique Edouard de Hennezel.

Malades chroniques, aidants, personnes âgées, personnes atteintes de pathologies psychiatriques, personnes en situation de précarité… Le cercle Vulnérabilités et société entend s’atteler à toutes ces formes de fragilités, avec une volonté de faire évoluer les paradigmes.

« Nous avons l’ambition que la vulnérabilité ne doit pas être envisagée comme un problème mais qu’elle constitue au contraire un gisement de progrès », poursuit-il.

Il s’agit, pour ses membres de « définir les conditions pour que la vulnérabilité devienne un vrai levier de développement économique et social », via deux groupes de travail qui devront aboutir à des propositions concrètes d’ici à la fin de l’année.

Plus précisément, ils devraient travailler sur les sujets suivants : chronicisation des maladies et société vieillissante ; et précarités et relations sociales.

Le cercle entend également valoriser les initiatives les plus innovantes et en imaginer d’autres, et organiser des rencontres-débat thématiques régulières avec des acteurs publics, experts… La première d’entre elles aura Marie-Anne Montchamp pour invitée d’honneur.

Pour faire avancer le débat, le cercle espère réunir des membres issus de secteurs différents pour « créer des passerelles ». Même si force est de constater que les premiers adhérents* viennent en grande majorité des secteurs sanitaire et/ou médico-social.

*Les premiers membres : Adef Résidences, groupe Andros, Alenvi, groupe Audiens, groupe Bayard, France Alzheimer, groupe Maisons de Famille, Fondation Partage & Vie, Fondation Falret, Hôpital Foch, groupe Korian, Maison de Santé Protestante de Bordeaux Bagatelle, UNAF, Association Vivre et Travailler Autrement,, Médissimo, Carians, CoActis Santé, Randstad.


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -