Agevillage
  >   Actualités  >     >   Edito : Quand les soignés f...

Edito : Quand les soignés forment les soignants

Qui sont les sachants ?


Partager :

Et si l'on repensait l'enseignement de la santé.

En partant de la parole, du vécu, des histoires des personnes concernées par leurs problèmes de santé, elles-mêmes.

Ces patients, résidents, aidants deviendraient les experts et se déclineraient au féminin.

C'est visiblement le rêve de Martin Winckler qu'il raconte dans son dernier livre : L'école des soignantes. Ce médecin engagé pour la cause des femmes notamment (voir la polémique sur son livre Les brutes en blanc) ose débaptiser les médecins, les sachants en... soignantes.

C'est un des axes forts de l'édition 2019 de la Paris Healthcare Week qui bat son plein à Paris.

C'est le chantier prioritaire qu'a pointé le rapport Libault : penser, réviser, faire évoluer les métiers de l'accompagnement du grand âge.

Tous les acteurs sont concernés : des services à domicile exsangues aux habitats intermédiaires qui cherchent leur foncier ajusté, aux Ehpad décrits par la CNSA, où des acteurs bien différents comme Korian et la Croix-Rouge acceptent de s'associer pour booster la filière des aides-soignantes et infirmières.

Tous les professionnels cherchent à enrichir leurs métiers, leurs pratiques, leur prendre soin : pour améliorer les taux d'occupation des accueils de jour, pour mieux recueillir les directives anticipées et surtout la désignation de la personne de confiance en Ehpad, pour aider les plus fragilisés à aller voter à la veille de l'élection européenne, pour répondre aux enjeux climatiques avec le C2DS.

lls veulent redresser la tête et être fiers de leur prendre soin, pour les personnes âgées aujourd'hui, pour eux demain, pour l'intérêt général.

Quelle meilleure preuve de la qualité de notre accompagnement que de voir nos salariés nous confier leur proches ? témoignent à la PHCW Isabelle Agostino-Gaschard et Coralie Bourgeois, cadres de santé à l'hôpital gériatrique Les Magnolias dans l'Essonne, engagé vers le Label Humanitude.

Les plus fragilisés, en fin de vie, nous obligent, souligne le Dr Fournier, présidente du Centre national soins palliatifs et fin de vie.

Et si c'étaient eux les sachants... en lien avec différents experts spécialisés ?


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

desesperada

23/05/2019 16:05

Enfin une lueur d'espoir


Merci mille fois à ce médecin hors du commun comme on aimerait qu'ils le soient tous! Il avait osé dénoncer avec son "très /trop" réel "BRUTES EN BLANC" ,UNE VERITE TRES DERANGEANTE pour la caste médicale de ses confrères et affiliés, beaucoup trop imbue d'elle-même et de ses prérogatives auto proclamées sur ceux dont la vie ( et notamment "la fin de vie" ) bonne ou mauvaise dépend, hélas , non seulement d'un manque hautement critiquable de compétence mais aussi d'empathie et de bienveillance , que j'ai pu ( et peux encore! ) trop souvent constater et DENONCER MOI MËME chez beaucoup d'entre eux , à mes dépens d'aidante volontaire à temps plein (nuit et jour chez eux ) jusqu’au bout en soins palliatifs HAD de mes 2 parents très âgés en difficile fin de vie Alzheimer, aussi "mal"-"traités et "maltraités " que moi, avec mépris et arrogance par des "soignants " (médecins et autres affiliés ), soit disant "professionnels de la dépendance", apparemment plus "commerciaux" ou "fonctionnaires" que chargés de mission "humanitaire" ,, totalement "indifférents à la détresse et la souffrance de ceux dont ils ont "charge " de respect et de protection autant que de soins , mais qui ne tolèrent aucune critique de leur manque d'attention et d'humanisme ! Il énonce encore dans ce nouveau livre ce que je m'évertue à dire aussi depuis bientôt 10 ans , à savoir la NECESSITE pour les "décideurs " ignorant tout des réelles et graves difficultés de terrain de "tous ordres " ( jamais pareilles d'un cas à l'autre ) consécutives à la dépendance Alzheimer (autant pour ceux qui la subissent dans leur personne et dans leur vie que pour les proches qui les accompagnent dans cette terrible épreuve familiale )?DE REVOIR de A à Z la prise en charge morale , éthique , et pratique DU FLEAU SOCIETAL ALZHEIMER ,aussi ( et peut-être encore plus ) DESTRUCTEUR pour les AIDANTS que pour les personnes atteintes, NON SEULEMENT PENDANT , mais ENCORE PLUS APRES LEUR ACCOMPAGNEMENT ! Le regard des soignants de toute catégorie et leur "savoir " ne peut se faire qu'à l'écoute de ceux qui vivent au jour le jour les dramatiques phases de ce FLEAU qui n'épargne aucune famille toutes classes sociales confondues et dont le terrible impact physique, psychique , affectif et matériel n'est pas considéré à sa juste mesure par ceux qui ne sont pas directement touchés dans leur corps et dans leur mental par ce cataclysme sanitaire ! Pourquoi a-t-il fallu autant de temps à Madame de Vivie ( jusqu’à la lecture de ce livre) pour en prenne enfin conscience ?




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -