Agevillage

Faire évoluer les tenues professionnelles en tenues civiles en EHPAD

Travailler en civil en étant solide professionnellement


Partager :

Christian Bertin dirige la résidence les Grands Jardins à Montauban de Bretagne,(104 places) mais aussi les Menhirs, 47 places. En dix ans, il a fait évolué les codes afin que le personnel tombe les tenues professionnelles pour des tenues civiles.

Christian Bertin a toujours été surpris de voir le personnel de maisons de retraite, même médicalisées, travailler "en blanc". Il estime que ce tabou du vêtement professionnel vient de la culture hospitalière, du soin.
Or il souhaite faire évoluer ses établissements de "milieux de soin en milieu de vie".
Dans le cadre d'une démarche projet "en "humanitude", il se pose la question de la tenue des personnels (pourquoi ces tenues ? quel sens ont-elles quand les uns sont en civil comme le directeur et pas d'autres agents ?).
Il a nous explique avoir mis une dizaine d'années à convaincre les équipes, petit à petit, en officialisant sa décision à l'ouverture d'une nouvelle unité.

Les freins rencontrés
Pour Christian Bertin, "si le personnel a des capacités, des compétences reconnues, il n'a pas besoin de revêtir un uniforme".
A partir du moment où ses équipes étaient armées professionnellement (techniques de prendre soin, formations), il les a poussé à tomber la blouse les identifiant.
Pour des questions d'hygiène, les personnels choisissent leur tenue qui est entretenue par la blanchisserie de l'établissement, dans son circuit hygiéniquement contrôlé.

Les familles et résidents ont accepté facilement accepté cette évolution.  Ponctuellement certains peuvent être surpris, peuvent "ne pas comprendre" cette non-identification" de qui-fait-quoi, mais après explications, l'acceptation est totale.
"Les résidents, même désorientés, savent, sentent, qui est soignant ou non" raconte Christian Bertin.

Quelques conseils ?
Christian Bertin s'enthousiasme des nombreux avantages à ces tenues civiles. Selon l'expression des résidents, des familles, des équipes : "c'est plus sympathique, convivial". "Il y a moins de distance entre les professionnels et les résidents". "C'est plus agréable pour tout le monde".

"A chacun de trouver sa méthode" estime Christian Bertin. selon l'histoire de l'établissement, son projet, chaque directeur doit poser ses objectifs et dérouler ses volontés, en les expliquant, en prenant son temps. 

Voir l'analyse de Christian Bertin en images

Contacter Christian Bertin :
- Résidence les Grands Jardins - 40, rue de Romillé - 35360 MONTAUBAN DE BRETAGNE - Tél. : 02.99.06.41.32
lesgrandsjardins@retraite-broceliande.fr
- Résidence les Menhirs -1, rue de Chateaubriand -35360 MEDREAC -Tél. : 02.99.61.77.61- lesmenhirs@retraite-broceliande.fr
Site Internet : http://retraite-broceliande.fr/  


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

François

06/03/2015 08:03

Age-Village


Quel bonheur de voir qu'un jour si mes parents vont en maison de retraite, ils pourraient bénéficier d'un lieu qui serait celui d'une famille (lieu de vie) et non voir systématiquement des personnels qui rappelleraient (...où ils sont). Merci car cela rassure sur le fait que nous pouvons encore améliorer l'environnement de nos anciens qui ont tant donné dans leur existence. Je voudrai profiter de ce message pour dire bravo encore à ceux qui oeuvrent tous les jours auprès de nos parents, nos grand-parent et nos arrière-grand-parents et qui s'occupent d'eux. François



nicovéro

10/09/2013 08:09

Non prioritaire


initiative nouvelle contre laquelle je n'ai aucun commentaire à faire si ce n'est qu'il y a peut être lieu de réfléchir à d'autres priorités en EHPAD à l'heure actuelle... j'ai comme un exemple journellement sous les yeux un EHPAD où le ménage de la chambre est fait une fois tous les 15 jours !



Christian BERTIN

03/08/2010 09:08

Réponse aux 2 commentaires


Bonjour, Je suis d'accord qu'il faut faire attention à la décence des tenues pour ne pas provoquer certain(e)s résident(e)s. C'est à préciser avant la généralisation des tenues civiles. Ceci dit, je n'ai pas eu à parler de cet aspect et nous n'avons eu, à ma connaissance, aucun problème. Quant à travailler en minijupe, ça doit être rare, ce n'est pas très pratique. Mais on peut aussi avoir des décolletés assez profonds (j'ai connu une soignante qui a toujours travaillé ainsi et ça n'a jamais posé de problèmes en 20 ans). Concernant l'hygiène, il faut absolument que la tenue soit mise au travail et laissée le soir au travail (et lavée par l'établissement ou le sous-traitant). Merci pour vos commentaires. cb



CANITI Elisabeth

27/07/2010 21:07

Exigence à l'embauche


Exigence à l'embauche des personnes dont la tâche est d'apaiser des résidents parfois traumatisés, frustrés, perturbés etc...NON à la provocation comme j'en ai vu hélas dans les "meilleurs" (à savoir) établissements : décolletés plongeants, blouses transparentes, corps moulés, mini jupes, maquillages outranciers etc ....NON, NON et NON : du RESPECT du BON SENS allons !..Quant aux blouses blanches qu'elles puissent n'être réservées qu'à l'extrême compétence en fonction du SOIN. Ma mère était subjuguée par la blouse blanche dont se revêtaient les incapables qui se donnaient tout pouvoir sur personne vulnérable simplement pour "faire croire" qu'elles étaient indispensables. Pitié pour nos Parents ! les Directeurs doivent être TRES VIGILANTS. MERCI



Chantal 91

27/07/2010 15:07

tenue en EHPAD


Bravo pour cette initiative concernant la tenue vestimentaire !!! En EHPAD puisque ce sont des résidents et non des malades ils s’habitueront certainement mieux ainsi à leur nouvelle vie en collectivité Quitter la blouse blanche pour des tenues correctes distribuées par l’établissement est une chose, mais je trouve indécent et même honteux que certaines directions d’EHPAD qui se disent d’avant-garde, laissent leur personnel soignant travailler avec les mêmes vêtements qu’il portait en arrivant le matin. Il autorise donc pour certaines personnes à porter des mini-jupes et cuissardes mais aussi des décolletés plus que plongeants … etc…! Si ces personnes, qui sont employées pour côtoyer et s’occuper de résidents désinhibés, ont un penchant naturel perverse on peut craindre une rapide dérive des relations au quotidien … et malheureusement on constate trop souvent que cette crainte devient rapidement … une réalité. Sans exiger le port d’un uniforme qui effectivement devient inutile et dépassé, il doit être exigé un minimum de respect dans la tenue vestimentaire du personnel de ces maisons et ce n’est pas toujours le cas partout. La solution doit donc en effet être le port de vêtements plus fantaisie fournis et choisis avec l’employeur qui en assurera aussi, pour une question d’hygiène, l’entretien.




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -