Agevillage

Le Collectif « Pour un vrai 5ème risque » diffuse un Manifeste

Présentation du Manifeste pour un vrai 5ème risque en vidéos


Partager :

Les rédacteurs du Manifeste "pour un vrai 5ème risque" réuni en  collectif  ont présenté le manifeste à la presse ce 2 mars au Grand Orient de France.
Le manifeste est ouvert à la signature de tout citoyen. Les représentants des partis politiques seront sollicités.

Présentation du manifeste : des principes avant des notions de financement
C'est une déclaration collective forte sur ce que nous voulons (solidarité nationale : "à chacun selon ses moyens, à chacun selon ses besoins", sans discrimination selon l'âge) et sur ce que nous ne voulons pas (que l'individu se débrouille seul, s'assure seul, pas de recours sur succession).
La question du financement de ce risque dépendra du nouveau contrat social, du socle de solidarité nationale choisi par la nation, du périmètre des prestations, de leur gouvernance... Les enjeux financiers ne sont pas insolubles (5 à 8 milliards d'euros pour rapprocher les prestations APAC/PCH), ils sont à la portée de notre société, rappelle Sylvain denis du CNRPA.
Ces dépenses vont aussi rapporter car elles seront créatrices d'emplois directs, non-délocalisables rappelle Jean-Michel Caudron.
Le manifeste communiquera selon les propositions du gouvernement des analyses plus concrètes.


Intervention en images de José Gongora - GODF.



Abolir la barrière d'âge
Personnes en situation de handicap (moins de 60 ans), dépendantes (plus de 60 ans), le collectif sait que le débat semble tranché du côté du gouvernement mais affirme cette position et pointe une discrimination unique en Europe.
Le Grand Orient s'étonne de l'évolution des discours poltiques comme celui de Me Montchamp qui lors du colloque du GODF le 8 avril 2010 voulait lever cette barrière et est aujourd'hui secrétaire d'Etat chargée de la solidarité pour ce débat sur la "dépendance".


Intervention en images de Pascal Champvert et José Gongora.



L'histoire de cette barrière d'âge en France : explications sur cette discrimination bien française
par le Pr Jean-Claude Henrard

 

Les sources de financement de ce nouveau risque "autonomie", contre le recours sur succession
Sept sources sont possibles : impôts, CSG, réforme fiscale, redéploiement intelligent des moyens actuels (organisation des prestataires en réseau à partir de référents identifiés par les personnes en situation de handicap), contribution de tous les  patrimoines (droits de succession, mutation) et pas uniquement ceux des personnes malades.
L'acte "toilette" aujourd'hui peut être proposé de six façons différentes avec des professionnels plus ou moins qualifiés


Intervention en images
du Pr Jean-Claude Henrard et François Bellanger de la CFR




"Le 5ème risque est une question éthique et pas qu'une question d'argent" insiste Sylvain Denis

Sylvain Denis, FNAR et CNRPA



Eclairer les personnes âgées et leurs familles
Joëlle Le Gall, de la FNAPAEF, s'étonne des discours contradictoires : 5ème risque, mais assurance, maintien de la barrière de l'âge... "Tout et son contraire", la FNAPAEF espère plus de transparence dans les débats.


Joëlle Le Gall, de la FNAPAEF




Réformer la gouvernance du système
Le fait que l'état soit quasiment majoritaire à la CNSA (Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie/jour férié), devra être revu selon Pascal Champvert de l'AD-PA.
L'Etat fait en effet voter contre l'avis unanime des membres du conseil de cette caisse (professionnels, usagers, familles, conseils généraux) :  

> le recyclage de crédits non utilisés vers l'Assurance Maladie
> le report d'un plan d'urgence pour les services d'aides à domicile en sursis
> la convergence budgétaire entre établissements, et la suppression de postes

Voir l'intervention de
Pascal Champvert AD-PA


Le Grand Orient de France (GODF) s'est associé à ce manifeste qui incarne ses valeurs de "solidarité" à côté de celle de la "laïcité".
Son grand maître, Guy Arcizet, explique que la "vie est un risque dès la naissance, en continu, à chaque instant".
L'existence globale des citoyens est à repositionner au centre des débats de philosophie politique de notre République.
Les questions de sécurité, de choix, d'épanouissement se déclient à tout âge.


Voir l'intervention de Guy Arcizet en images


 


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

dromenlaire

08/03/2011 12:03

en attendant les réformes


300 familles et résidants sont pris en otage: http://aloeilendrome.hautetfort.com/



mimi

08/03/2011 09:03

5ème risque


je suis d'accord avec DENEZA:branche Que de débats pour en arriver en 2012,année fatidique! Ma maison est déjà hypothéquée de 420€ par mois pour me permettre de vivre à la maison( mon mari en institution ) alors au diable l'avarice , qu'on nous prenne tout, de toutes façons qu'importe, je suis à bout moralement, physiquement, financièrement.



DENEZA

26/02/2011 09:02

BRANCHE


Je ne veux plus entendre RISQUE mais BRANCHE !




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -