Agevillage

Personnes âgées: Delaunay veut encadrer les loyers des maisons de retraite

Fin de la liberté des prix à la relocation


Partager :

Michèle Delaunay - janvier 2013La ministre chargée des Personnes âgées et de l'autonomie, Michèle Delaunay, veut "agir sur le coût de la maison de retraite", avec notamment un encadrement des loyers, dans le cadre de la future réforme de la perte d'autonomie, explique-t-elle samedi 19 janvier dans Le Parisien/Aujourd'hui en France.

"Il y a une telle différence entre la pension
moyenne des Français et le coût d'un établissement... Pour les classes moyennes, c'est inaccessible"
, déplore la ministre.

"On va réfléchir à la façon d'encadrer les loyers
dans les maisons de retraite comme l'a fait Cécile Duflot pour les logements"
, détaille-t-elle en précisant que "les établissements ne pourraient plus augmenter à l'envi le coût d'une chambre à la relocation".

Mme Delaunay annonce en outre la mise en place
d'un "site qui détaillera tous les prix pratiqués partout, y compris ce qu'on paye + en plus : coiffeur, eau minérale, protections..."

Quant à l'Allocation personnalisée d'autonomie
, elle sera "revisitée". "Pas une revalorisation, mais une meilleure distribution" dit la ministre.

Mme Delaunay assure également vouloir développer des formules d'hébergement intermédiaires entre le domicile et la maison de retraite : "des lieux où l'on est chez soi trés entouré".

Le président François Hollande a assuré vendredi à Lille que la réforme de la dépendance des personnes âgées "sera prête d'ici à la fin de l'année", les conditions de son financement étant déterminées "à ce moment-là".


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

bpradines

03/02/2013 09:02

Solidarité boursière ?


Chute des valeurs boursières des chaînes privées de maisons de retraite en France après l'annonce le 26 janvier 2013 par la secrétaire d'Etat en charge des personnes âgées "d'encadrer les loyers dans les maisons de retraite ..." et de "plafonner les prestations facturées aux résidents à travers des conventionnements". Difficile de voir dans cette chute des valeurs la moindre solidarité avec les personnes âgées les plus pauvres. Pourtant, les actionnaires seraient plutôt des personnes âgées, si l'on en croit la rumeur.



antilope

31/01/2013 11:01

une mine d'or


D'ACCORD AVEC MARITE,les personnes agées veulent rester chez, il y a trop d'intérèt financier pour que cela change ,on parle de tout cela depuis des années!!!!Moi comme beaucoup de monde,on ne veut pas finir nos jours en (EHPAD),ou alors il faut rendre souvent visite ,comme je le fait pour ma mère,changer ses jours ,ne pas y aller au mème horaire,faire voir que l'on est présent!!!!! ON NE PEUT JUGER LA QUALITE D'UN ETABLISSEMENT QU'AU BOUT DE 6 MOIS !!!!



Pascal

31/01/2013 09:01

prix et qualité


La question de l’APA Nicolas est une autre question que celle d’encadrer les prix que l’on ne peut que saluer. Aujourd’Hui on observe une totale dérégulation des tarifs permettant aux opérateurs privés lucratifs d’organiser sereinement la spoliation des familles voir leur endettement pour alimenter les profits records des groupes commerciaux qui se font sur la section hébergement des budgets d’établissements. Le « scandale » de Chaville est aussi celui là et pas seulement celui d’une famille indigne ou d’un directeur « maladroit ». On observe dans les Hauts de Seine et dans les Yvelines un accaparement des lits des EHPAD pour les 3 groupes côtés en bourse dont on peut penser que le lobbying auprès des Conseils Généraux en charge des autorisations d’ouverture ait été particulièrement actif… Peut-on envisager comme cela a été le cas en matière de logement social plus de contraintes de l’état à l’égard des collectivités territoriales en exigeant un quota d’établissements publics et associatifs. Le rapport de l’IGAS a bien montré qu’il n’y a pas nécessairement de corrélation entre les tarifs pratiqués et le niveau de qualité des EHPAD. La transparence nécessiterait de rendre public les rapports d’évaluation interne et externe comme c’est le cas en Angleterre qui sont effectués par une autorité indépendante. Voir le lien http://www.cqc.org.uk/directory/1-319122050 . On dispose d’un résumé du rapport d’inspection , de la date et d’un accès au rapport complet . On ne peut pas vraiment dire que c’est le cas en France puisqu’il suffit de quelques heures d’inscription à l’ANESM pour être évaluateur externe et le rapport restera à la seule disposition des autorités de contrôle. Il est très facile pour un directeur lors d’une visite de préadmission de faire illusion avec la décoration du hall d’entrée et un discours rassurant sur le mode « on s’occupe de tout » à l’égard d’une famille épuisée par l’accompagnement d’un parent à domicile. Le contrat de séjour est vite signé sans que la famille et le résident ne disposent de critères objectifs sur la qualité du futur séjour. Que sait-on des ratios d’encadrement permettant de les comparer avec la moyenne nationale ? si le tarif est de 110 euros comme à Chaville là ou il est de 60 euros en moyenne en France, on devrait trouver là une forme de correspondance dans la masse salariale qui représente 60 à 70% des budgets. Qu’en est-il du niveau de formation du personnel ? agit-il avec chaleur et compréhension à l’égard des personnes désorientées comme le recommande la Fondation Nationale de Gérontologie? Quelle est la qualité du management et des modes d’organisation et de communication de l’équipe ? Quel niveau de réflexion éthique ? etc…ainsi nous apporterions des critères objectifs permettant aux personnes âgés et aux familles un choix éclairé, puisqu’il faut bien admettre que nous sommes face à un rapport qualité/prix comme tout bien de consommation tout en prenant en considération la dimension humaine spécifique. Le risque à payer serait peut-être une émulation des établissements et de replacer le couple résident/famille dans une relation avec l’institution plus égalitaire, n’est-ce pas un gage de citoyenneté pour un modèle de démocratie comme la France ?



Nicolas MARTINET

30/01/2013 12:01

Le gouvernement se moque de nous !


Auteur du livre le Grand Age est à l'Abandon, propositions pour éviter le pire, je ne peux m'empêcher de réagir : En avril 2012 François Hollande Candidat disait ceci : « Je prends devant vous trois engagements concrets. La demande principale des Français est de pouvoir rester chez eux le plus longtemps possible, ce qui suppose l'adaptation de 80.000 logements par an. C'est pourquoi aussi, je doublerai le plafond de l'allocation personnalisée d'autonomie à domicile, pour les personnes les moins autonomes. Ensuite, je sais qu'il y a de fortes attentes de la part des aidants familiaux, qui permettent le maintien à domicile de personnes dépendantes ou atteintes de troubles de l'orientation comme la maladie d'Alzheimer. Je développerai pour eux des actions de formation et des structures leur permettant d'avoir des temps de répit. » Samedi dernier dans le Parisien, Michèle DELAUNAY annonce : « Quant à l'Allocation personnalisée d'autonomie, elle sera "revisitée". "Pas une revalorisation, mais une meilleure distribution" dit la ministre. Et ça continue… ! Et il faut faire toujours plus de qualité. Avec quels moyens ? Oui la personne âgée est vraiment abandonnée et avec elle les aidants familiaux et professionnels !



marite

29/01/2013 17:01

une mine d'or


Tout le monde le sait :nos vieux sont devenus une mine d'or pour les investisseurs, maisons de retraite, assurances,....ce n'est pas leur bonheur et leur bien-être qu'ils cherchent mais bien leur intérêt pécunier. Il faut inventer d'autres alternatives que la maison de retraite pour nos vieux jours : continuer à vivre chez soi est le désir de tous pourvu qu'on leur en donne les moyens...




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -