Agevillage

Le Comité consultatif d'éthique rend son avis sur la question de la fin de vie


Partager :

Le Comité consultatif national d'éthique (CCNE), saisi par le président de la République, vient de rendre public lundi son avis sur la fin de vie, sujet qui englobe l'insuffisance des soins palliatifs en France et la délicate question de l'euthanasie.

Saisi par François Hollande sur plusieurs questions, le CCNE s'est prononcé majoritairement contre la légalisation du suicide assisté et de l'euthanasie.

Le député Léonetti, à l'initiative de la première loi, s'est dit "satisfait" des avis émis, qui vont "dans le même sens que la proposition de loi", qu'il avait "déposée en mars 2013" pour compléter sa propre loi de 2005 et "renforcer les droits des patients en fin de vie, en particulier en ce qui concerne la sédation en phase terminale et l'amélioration des directives anticipées".

A la suite de cet avis, le président François Hollande a annoncé lundi l'organisation d'un débat public, puis "un projet de loi sans doute à la fin de l'année", qui "complètera, améliorera la loi Leonetti".

Le député UMP appelle d'ailleurs à la poursuite du "débat engagé sur la fin de vie", pour qu'il gagne "plus largement l'espace public" et se transforme en "véritable débat public national", et se félicite des réticences émises par le CCNE face au suicide assisté.
En effet, une majorité des membres du CCNE ont recommandé de ne pas légaliser l'assistance au suicide ni l'euthanasie, tout en souhaitant que les "directives anticipées" de fin de vie émises par un patient atteint d'une maladie grave deviennent "contraignantes pour les soignants sauf exception dûment justifiée par écrit".






mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -