Agevillage
  >   Actualités  >     >   Edito : la santé de demain

Edito : la santé de demain

Santé, Société, Sciences


Partager :

Une humanitude pour les anciens - Annie DE VIVIELa maladie d'Alzheimer transmissible ? Restons calme ! titre Fabienne Rigal d'Agevillage.

A la veille de la journée mondiale et son lot d'études qui nous éclaire sur les enjeux financiers de la maladie (19,3 milliards par an), sur les établissements et services, il est formidable de bénéficier de l'analyse, du point de vue et des espoirs de chercheurs, professeurs, architectes, sur la santé de demain.

J'ai donc eu la chance de participer à la 1ère édition de S3 Odéon, S3 pour "Santé, Société, Sciences". Chaque expert avait de 4 à 7 minutes pour présenter l'état de la recherche sur le cerveau, la mémoire, la conscience, les nanotechnologies, la vision, les enjeux démographiques, de développement durable, l'hypnose au service du grand âge, l'hôpital de demain, le micro biote au service de notre immunité...

Des présentations vivantes, incarnées par des professionnels de terrain, au discours accessible, direct, compréhensible et motivant.

Ils m'avaient demandé de raconter mon parcours : de mon enfance en maison de retraite aux labels Humanitude (voir les études au Japon) en passant par Agevillage. 

Voir l'intervention d'Annie de Vivie

Une humanitude pour les anciens

 



Voir les vidéos des conférences


La santé de demainJe vous invite à découvrir le livre "La santé de demain - La forme augmentée" aux éditions Propulseurs.

Ces travaux n'occultent pas les réalités difficiles. La logique de parcours de santé a bien du mal à se faire un chemin dans notre histoire hospitalo-centrée. La notion de système d'information est une évidence avec tous nos objets connectées, mais pourquoi le DMP n'avance-t-il pas plus vite ? Pourquoi les patients ne sont-ils pas plus impliqués dans la recherche ?

Parmi les scandales dénoncés cette semaine par les professionnels eux-même : la contention physique et chimique. Elle est trop banalisée, malgré sa réalité inacceptable sur le plan éthique. Mais les professsionnels sont trop seuls, livrés à eux-mêmes face à une montée des besoins. Il existe bien peu de pistes de réponses face aux troubles du comportements... épuisants.

Quant aux services à la personne, indispensables à la vie de millions de personnes malades, fragiles, handicapées et leurs proches aidants, ils continuent de tomber financièrement (voir le cas de l'ADMR 76 cette semaine, 1 500 salariés concernés). Ils ne seront pas les derniers, alertent les fédérations.
11 000 emplois sont gelés dans les services privés commerciaux. Le Synerpa se veut vigilant et actif notamment pour défendre les tarifs hébegement de ses adhérents.
Mais le reste à charge reste trop lourd pour les résidents et leurs proches.

Santé, société, sciences... sans oublier "Le bonheur plus fort que l'oubli" titre du dernier ouvrage de Colette Roumanoff : l'amour comme valeur première.

Côté politique : La loi d'adaptation de la société au vieillissement a le mérite de repositionner les enjeux du veillissement sur le devant de la scène. Elle va créer un droit pour les aidants, dynamiser les SPASAD, revaloriser un peu l'APA, mais c'est une "petite loi" estiment les professionnels confrontés aux réalités actuelles et futures de besoins d'aide.

Les politiques peuvent impulser des mobilisations citoyennes.
Ils peuvent aussi les suivre.


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -