Agevillage
  >   Actualités  >     >   Edito : Ne plus faire peur,...

Edito : Ne plus faire peur, ne plus se faire peur

Mais être fiers de nos métiers du grand âge


Partager :

Il y a de quoi faire peur et se faire peur quand on voit la difficulté de notre pays à s’adapter à son vieillissement.

Avec son lot d’impensés : sur les métiers en tension, sur la fin de vie digne y compris pour les professionnels qui prennent soin, sur les injonctions contradictoires : liberté et sécurité, qualité et finances…

Comment ne plus faire peur, ni se faire peur ?

En prenant conscience de ces difficultés, de ces impensés, de ces injonctions. Pour tenter d’y répondre individuellement et collectivement.

En se mobilisant pour faire prendre conscience des enjeux : nouvelles manifestations des professionnels du sanitaire et du médico-social ce 14 février tandis que la prime aide-soignant.e fait réagir.

En défendant les valeurs professionnelles dans le prendre soin quotidien : le respect de l’intimité, de la sexualité en renforcement du sentiment de vie, selon le Dr Colson, à la veille de la Saint-Valentin justement.

En s’informant sur ces nouveautés utiles pour l’HAS qui est favorable à une simplification de l'accès au midazolam pour les médecins de ville.

En apprenant toujours, chaque jour… comme ces bons gestes pour retirer les gants en ces temps d'épidémies, ce guide pour concevoir des jardins qui donnent envie, les bonnes pratiques de l’Ademe pour développer l’économie circulaire, dans et autour de sa structure.

En écoutant le témoignage de Blandine Prévost malade Alzheimer jeune, qui connaît les phases de sa maladie et qui n’a plus peur, car justement elle participe à sa solution d’accueil et d’accompagnement avec la maison Ama Diem. Message d'espoir ici et maintenant.

En visitant les structures qui ouvrent leurs portes comme les labellisés Humanitude où les professionnels sont fiers de la qualité de leur prendre soin. « Alors comme ça ces établissements existent ? » s’étonnent les visiteurs, professionnels, familles et seniors. Ils sont 27 établissements et services labellisés et une centaine s'est engagée vers ce 1er label de bientraitance qui guide, outille, valorise et rassure. Avec des impacts médico-économiques positifs dans les temps et moyens impartis, face aux coûts actuels de la non-qualité : arrêts, accidents du travail, absentéisme, médicaments et hospitalisations évitables, gaspillages, déchets...

Pour ne plus accepter l'inacceptable, pour sortir de l'impuissance.

S'arrêter, réfléchir, construire.

Pour ne plus faire peur et ne plus se faire peur.


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -