Agevillage
  >   Actualités  >     >   Primes exceptionnelles pour...

Primes exceptionnelles pour tous les soignants en première ligne face au Covid-19

Entre 500 et 1500 euros de prime et revalorisation des heures supplémentaires


Partager :

Au sortir du Conseil des ministres, ce 15 avril, le Premier Ministre, le ministre de l'Economie et des Finances, le ministre de l'Action et des comptes publics et le ministre des Solidarités et de la Santé ont annoncé des mesures en faveur des professionnels de santé en première ligne en cette crise sanitaire indédite.


Primes exceptionnelles défiscalisées, désocialisées


Droits nouveaux pour faire face à la crise, solutions financières pour les entreprises, primes défiscalisées et désocialisées (une prime d'état avec un plafond de 1000 € pour des agents des collectivités locales), prime précarité... le projet de loi de finance rectificatif (PLFR 2) mobilise 110 milliards d'euros supplémentaires.

Ce projet de loi va être présenté à l'Assemblée nationale et au Sénat pour être voté la semaine prochaine.

Effort collectif de 8 milliards d'euros pour la santé, pour les moyens de protection, et de valorisation des salaires des professionnels qui tiennent le système à bout de bras.

Suite à l'intervention du Président de la République le 23 mars dernier à Mulhouse dans un hôpital de campagne, Olivier Véran a annoncé que pour les soignants et agents hospitaliers des 30 départements dans lesquels l'épidémie a particulièrement sévi : les personnels percevront une prime équivalente à 1500 euros nets avec une majoration des heures supplémentaires en moyenne à hauteur de 600 euros.

Pour tous les autres : une prime sera versée de 500 euros et une majoration à 50 % des heures suplémentaires soit 600 euros.

Une somme d'1,3 milliard d'euros qui sera amplifiée pour tout le secteur du médico-social et notamment dans les Ehpad : "Ce sera le cas prochainement dans le cadre d'une négociation" a indiqué Olivier Véran.

Quelle traduction sur le terrain du médico-social ?

Entre les lits vacants et les déficits d'exploitation qui s'accumulent tant dans les services aux domiciles qu'en établissements, le médico-social attend des aides financières et des revalorisations des salaires des profrofessionnels.

En replay sur le compte Twitter @Elysee


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -