Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Accompagnements & soins

Besoin d'aides au grand âge, à qui la faute ?

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 28/04/2014

0 commentaires

Annie de VivieOn s’en doutait. Le projet de loi d’adaptation de la société au vieillissement a été une nouvelle fois repoussé.
En revanche, la contribution additionnelle de solidarité pour l’autonomie (CASA, 0,3%) a bel et bien été prélevée sur les pensions imposables.
L’argent n’est pas fléché vers l’aide à l’autonomie. Faute de loi.

Faut-il rappeler (comme le fait une campagne de communication pour une mutuelle) que Vieillir n’est pas une faute” ?
L’espérance de vie qui augmente est une chance, individuelle et collective, porteuse d’emplois non délocalisables. Si nous savons l’anticiper et l’accompagner.

Nous savons que nous vieillirons mieux si nous cherchons à rester en forme (30 minutes de marche par jour, pratiquer du Taï chi par exemple), si nous restons en lien avec les autres, évitons les excès, respectons une bonne hygiène de vie, les recommandations médicales (vaccins, justes médicaments…), anticipons l’adaptation de notre lieu de vie etc.

Mais est-ce une faute d’avoir besoin d’aides pour la vie quotidienne ?
Est-ce une faute de ne pouvoir financer les plans d’aide tant à domicile qu’en établissement ?

C’est manifestement une faute politique, de ne pas anticiper, de ne pas structurer des villes amies des aînés”, de ne pas organiser sur tout le territoire des services adaptés.

Certes on peut optimiser, restructurer, éviter les sur-consommations médicamenteuses, les hospitalisations indues, labéliser des filières gériatriques (voir l’expérience du Nord-Pas-de-Calais).
Certes on doit former les professionnels pour leur donner les moyens de prendre en soin les personnes fragilisées.

Mais les rapports sont formels (voir celui de la Cour des Compte de 2005) : il manque des moyens pour ne pas abandonner à leur sort les vieilles personnes, pour ne pas épuiser leurs proches, les familles, les professionnels, en première ligne face aux besoins qui augmentent.

Sans nouvelles forces, on pourra parler de non-assistance à personnes (âgées) en danger. C’était l’enjeu de la CASA. Qui risque de ne pas jouer pas son rôle.

Faute d’une prise de conscience individuelle et collective.
Michèle Delaunay, ancienne ministre chargée des personnes âgées et de l’autonomie, estime que la classe politique a du mal à prendre conscience de l’importance de la transition démographique. C’est une question sociétale et sociale majeure. Le parti socialiste éprouve les pires difficultés à se saisir des idées neuves, préférant les idées brevetées. Avant de quitter mes fonctions, j’avais envoyé une note au Président de la République proposant de rebaptiser le texte, loi d’autonomie et de la transition démographique ».

Comment faut-il procéder pour éveiller, voire réveiller, les consciences ?

Partager cet article