Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Accompagnements & soins

Humanitude, on en parle

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 20/10/2014

0 commentaires

Annie de VivieLes approches non médicamenteuses font maintenant partie intégrante de l’accompagnement des personnes âgées fragilisées à leur domicile comme en établissement (EHPAD, USLD), notamment quand elles sont atteintes de maladies neurodégénératives comme Alzheimer (voir le programme Alcove de l’HAS).

Parmi ces approches, notre rédaction a rencontré l’Humanitude” en 2003, et devant les impacts concrets pour le bien-être des résidents et des soignants (voir des études en 2008, 2010), notre société (qui édite Agevillage) a décidé d’accompagner le déploiement de ces formations professionnelles en France et à l’international.

L’Humanitude est principalement destinée aux professionnels de terrain (même si nous avons édité un DVD pour les familles et les aidants avec le soutien de la MACIF). Aussi, les revues professionnelles s’en emparent-elles.

En ce mois octobre 2014, on note que la revue de L’aide soignante” l’utilise pour alimenter son dossier sur la Bientraitance. De son côté, le Mensuel des maisons de retraite choisit un angle plus polémique en s’appuyant sur l’étude d’impact réalisée par le groupe Korian (que nous avons ici fortement critiquée), sans donner la parole aux auteurs.

Le Hors-Série de Que Choisir d’octobre, qui a enquêté auprès de e 1 300 maisons de retraite, a visité un établissement labélisé Humanitude : il salue un peu de soleil dans l’eau froide” de la qualité du prendre soin constaté.

Face aux 8 pathologies en moyenne que présentent les résidents en EHPAD selon la dernière étude de la CNSA, face aux tensions budgétaires que vivent les structures tant à domicile qu’en établissement, l’enjeu de la bientraitance dépasse toute polémique.

Les professionnels le savent.
Ils viennent ainsi en nombre à chacun de nos colloques Agevillage/​Humanitude sur les approches non médicamenteuses de la maladie d’Alzheimer.
Notre 7ème colloque est complet, un mois avant l’évènement (les 13 et 14 novembre à Paris sur les enjeux de la lutte contre la dénutrition).
Près d’un millier de professionnels viendront écouter, réfléchir et s’enrichir de la quarantaine de points de vues et d’expériences proposés par les intervenants que nous avons invités.

Parce qu’il faut nous serrer les coudes et trouver toutes les énergies possibles pour accompagner, debout jusqu’au bout, toutes ces personnes vulnérables et fragilisées.

Partager cet article