Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Accompagnements & soins

Journée nationale des aidants : les reconnaître, les soulager

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 05/10/2015

0 commentaires

Annie de VivieEn tant que vice-présidente de la Journée nationale des aidants ce 6 octobre, force est de constater que le terme aidant” reste flou.

Une enquête OpinionWay nous a montré qu’aider un proche malade, handicapé, en difficulté de vie, est considéré comme normal”.

Or reconnaître le rôle du proche aidant est une étape clé dans l’aide à l’autonomie d’une personne fragilisée.
Les aidants ne sont pas suffisamment identifiés dans l’entourage.
Les grilles et protocoles d’évaluation les oublient encore trop.
Les professionnels ne les questionnent pas suffisamment, eux qui interviennent quasi quotidiennement auprès de leur proche.

Par ailleurs, les aidants sont encore bien mal informés sur les dispositifs d’aides destinés à leurs proches : combien connaissent l’APA et le fait qu’elle peut permettre de rémunérer leurs temps d’aide ?
Ils connaissent mal les congés spécifiques qu’ils peuvent négocier avec leur employeur : congès de soutien familial, de présence parentale pour un enfant handicapé, congés de solidarité familiale (concernant l’accompagnement de fin de vie).

La future loi d’adaptation de la société au vieillissement va amorcer un droit au répit” (l’équivalent de 500 euros par an soit une semaine d’hébergement temporaire pour les situation les plus critiques … au vu des moyens financiers fléchés à ce jour).

Mais être aidant en 2015 n’est franchement pas simple rappelle Kat, aidante. Pour autant les schémas gérontologiques inscrivent quasi systématiquement à leur programme la notion d’ aide aux aidants”.

Il faudra de nombreuses journées nationales des aidants pour que leur reconnaissance s’impose dans notre société, dans les entreprises. Il y a aujourd’hui plus de salariés qui aident un parent âgé qu’un petit enfant”, martèle l’ancienne ministre chargée des personnes âgées, Michèle Delaunay.

Une révolution sociétale et culturelle. Vers la société du care. D’autant plus quand les intempéries s’en mêlent…

Partager cet article