Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Accompagnements & soins

Investir dans la communication

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 12/10/2015

0 commentaires

Utiliser Internet, les réseaux sociaux

La communication ne fait pas partie de l’ADN du médico-social. Les acteurs, les structures, les politiques communiquent peu. Ils sont alors mal connus.

Sont-ce les situations qui sont trop difficiles à communiquer (isolement, maladie, handicap, fin de vie) ?
Est-ce l’image de ces structures qui semble impossible à bouger, figées qu’elles sont dans l’imaginaire collectif (hospices, mouroirs, maltraitances) ?
Est-ce le jargon et les sigles plus abscons les uns que les autres ? Ces tuyauteries administratives, financières inaudibles ?
Est-ce la litanie des besoins qui s’oppose aux manques structurels de moyens, à l’impuissance individuelle et collective ?

On sait qu’une image vaut mieux qu’un long discours.
Une mauvaise image est aussi difficile à faire évoluer.

Alors sans angélisme, quelle image pour parler du médico-social qui bouge, innove, recrute, mais qui hurle aussi son épuisement et le sentiment d’impuissance individuel et collectif ?

Pour faire bouger les lignes, sortir du bois, activer les énergies, il faut communiquer.

Cela demande des compétences, des savoir-faire pour activer les bons messages, aux bonnes cibles, avec les bons supports.

Le médico-social n’a pas l’habitude de faire appel aux professionnels de la communication.

C’est dommage car sans des budgets si terribles, les médias peuvent être touchés, des campagnes peuvent être très efficaces. Internet, les réseaux sociaux ouvrent aujourd’hui des possibilités plus accessibles pour toucher un public ciblé.

Campagnes de presse, messages, vidéos sur les réseaux sociaux, sites internet, blogs, livres (voir cette semaine celui sur les auxiliares de vie ou la fin de vie du point de vue de l’aide soignant), des affiches, manifestations… Les moyens de communiquer sont nombreux.

Je le vois cette année dans le cadre de l’association pour la Journée nationale des aidants (dont je suis vice-présidente). Avec des moyens comptés, elle a valorisé les 150 évènements sur tout le territoire sur son site internet, elle a embauché un community manager (pour activer régulièrement des messages sur les réseaux sociaux). Elle a dégainé l’inévitable sondage et son communiqué de presse qui ont permis à cette notion d’ aidant” d’être reprise un peu partout pour ce 6 octobre 2015. La ministre Laurence Rossignol a salué cette reconnaissance médiatique grandissante. Les aidants seront de plus en plus associés aux sujets de société, de santé.

Je pense à Nicolas Hulot qui n’a pas hésité à secouer son image pour délivrer son message politique et écologique notamment vers les plus jeunes (récalcitrants à ses mots d’ordre”). Sa vidéo décalée a été diffusée par la presse et de manière virale sur les réseaux sociaux.

La communication (interne, externe) ne remplace pas les phases de réflexion, d’analyse, de mise en oeuvre, d’évaluation.
Mais elle est indispensable.
Faites vous aider, demandez des soutiens des agences, des écoles qui forment aux métiers de la communication aussi.

Communiquez !

Partager cet article