Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Qualité & management

La prévention rentable

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 18/04/2016

0 commentaires
Annie de VivieLe Haut conseil à l’avenir de l’Assurance maladie (HCAAM) l’avait déjà dit : près de 2 milliards d’euros sont mobilisés pour des hospitalisations évitables. Revoir le parcours de santé des personnes âgées à risque de perte d’autonomie serait rentable.

Cette semaine, on apprend que les chutes coûtent 2 milliards d’euros à la collectivité, sans compter leurs conséquences individuelles, physiques et psychologiques, et leur répercussion sur les proches.

Aménager son logement pour éviter les chutes fait partie des démarches de prévention. Agevillage participe au portail J’amenage mon logement” piloté par le Prif (Prévention retraite Ile-de-France). L’Anah a renforcé sa stratégie vers l’aide à l’adaptation de l’habitat. La CNAV et des bailleurs sociaux s’associent, sans oublier Pact Soliha

Mais il manque un ensemblier qui coordonnerait les travaux du diagnostic de l’habitat aux devis, en passant par les dossiers d’aides financières jusque la réception contrôlée des travaux effectués. Leroy Merlin Source a lancé une nouvelle recherche sur ces enjeux.

Il ne faut pas oublier non plus les déficits et troubles visuels et auditifs si mal détectés et remboursés en France alors que les études montrent leur impact sur la qualité de vie, les risques d’isolement, de trouble de l’orientation, de la mémoire. Voir cette semaine l’étude d’impact économique du déficit auditif en France et dans les pays développés. Les sourds et malentendants sont 20 % de plus que la population générale à souffrir de troubles cognitifs”, estimait déjà la SOFRESC, Société Française de Réflexion Sensori-Cognitive.

Alors que la prévention est rentable, nous manquons d’arbitrages pour lancer les investissements nécessaires.
Et nos modes d’organisation des soins restent désespérément centrés sur le curatif.

Un problème de vision… qui nous coûtera cher au regard de l’évolution démographique.

Qui pour faire arbitrer en faveur de la prévention ?
Un premier pas avec les conférences des financeurs sur les territoires, dotées cette année de 126 millions d’euros par la CNSA.

Partager cet article