Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Qualité & management

Manager sans se renier

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 30/05/2016

0 commentaires

Un livre de Jean-Paul Bouchet et Bernard Jarry-Lacombe

Annie de VivieJ’emprunte au livre Manager sans se renier de Jean-Paul Bouchet et Bernard Jarry-Lacombe, aux éditions l’Atelier, le titre de mon édito cette semaine.

Impossible de ne pas voir à quel point il est n’est pas facile de manager des structures sanitaires et médico-sociales, mais aussi à quel point il est exaltant de les accompagner dans leur dévelopement, dans leur utilité sociale, dans la qualité du prendre soin proposé.

Pas facile de manager donc, notamment quand ce n’est pas votre métier d’origine.

Les infirmiers, médecins, qui deviennent IDEC, MEDEC, directeurs, repartent en formation (Caferuis, Masters, CAFDES). Ces formations apportent des connaissances, des méthodes, des expériences, des retours de pratiques.

Mais le succès de l’agora « Manager » de la Paris Healthcare Week incite à penser que le fait de « manager » continue d’interroger et nécessite un soutien permanent.

Manager sans se renier

L’éthique du compromis, chère à Paul Ricoeur, s’apprend-elle ?

Définir des valeurs, les partager, reconnaître les conflits de valeurs et prendre le temps de les discuter, est-ce que cela s’apprend ? Est-ce quantifié dans les organisations ?

Même chose quand il s’agit de valoriser l’intelligence individuelle et collective, d’accompagner l’autonomie des acteurs, de favoriser la confiance, de reconnaître les contraintes, les dilemmes (éthiques, voir le récent livre de témoignages de managers piloté par Alice Casagrande).

Les professionnels de terrain sont engagés, ils tentent, ils innovent, ils se trompent, se relèvent.

Ils sont de plus en plus conscients des enjeux sociétaux de leur management : sur les RPS (que l’Anap va ausculter), sur le développement durable cher à Olivier Toma du C2DS

Manager sans se renier n’est pas impossible.

Encore faut-il du temps, du recul et pouvoir se faire aider.

Partager cet article