Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Réseaux & territoires

Le H de Ehpad

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 11/07/2016

0 commentaires

Avant le D de la mal nommée dépendance”

Annie de VivieNotre pays adore les acronymes tous plus abscons les uns que les autres. Ehpad en fait partie.

Etablissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes… difficile de faire moins sexy ! L’anthropologue Bernadette Puijalon pointe ce choix de termes très stigmatisants autour des personnes âgées fragilisées (lit, Ehpad, UHR, etc.). Qui peut se sentir chez soi dans une UHR ?
Le mot déclenche des images, provoque des réactions de rejet ou d’attirance. Il crée, renforce les représentations sociales, positives ou négatives.

Le mot hébergement” notamment renvoie à héberger, être hébergé… loin de se sentir chez soi”.

Je suis membre du jury du prix autonomie de la CNSA qui récompense des réalisations d’Ehpad exemplaires mais aussi des projets d’étudiants en architecture. Les porteurs de projets sont parfois repartis du chez soi” (maison, logement, domicile, appartement, salon, espace d’intimité, espace de vie, lieu de vie), pour ouvrir sur le service, l’unité, le quartier, le village, la ville…

Beaucoup ont disserté autour du H” de Ehpad :
Habitat, habiter, habitations, habitants
(re) Habilitation
Habitudes
Hameau
Handicaps
Harmonie
Hermès : l’ingéniosité, la chance
Homogène
Hospitalier : pas seulement au sens sanitaire (hôpital, hospitalisation) mais en rapport avec l’Hospitalité
Hôtellerie, hôtels, hôtes (maisons d’hôtes) pour les proches en visite
HQE / HQV : haute qualité environnementale, haute qualité du vieillissement
Hygiène
Sans oublier le H” dans toutes ces activités… thérapeutiques !

En 2013, la FNAQPA avait lancé un concours d’idées pour rebaptiser les Ehpad. Le prix avait été décerné à Maison de âges. Le coup de coeur avait été décerné à Vilaa, pour Vie Individuelle dans un Lieu de vie Adapté à l’Accompagnement.

Qui habite les lieux ? Les habitants, les résidents qui payent un forfait hébergement” ? Les professionnels qui y travaillent depuis très longtemps parfois ?

S’interroger sur les mots pour désigner ces lieux n’est pas un luxe. Car mal nommer les choses, jugeait Camus, c’est ajouter au malheur du monde. Ne pas nommer les choses, c’est nier notre humanité”.

Je partage avec vous ce poème glané sur un des dossiers du Prix Autonomie 2016 :

Choisir un lieu comme un chat
Là où il fait chaud, là où il fait frais
Où l’air caresse
Où l’on entend la vie rassurante
Juste distance entre soi et l’autre
Tourner sur soi en boule avant de fermer les yeux”

Partager cet article