Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Accompagnements & soins

Rester proche du terrain

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 03/10/2016

0 commentaires
Impossible de partager avec les équipes un projet de service, d’établissement, impossible de mesurer l’écart entre les valeurs affichées et les valeurs produites au quotidien, impossible de mettre en oeuvre des démarches d’amélioration continue de la qualité… sans être proche du terrain.

annie de vivie, delaunay et hollande à l'elysée

Tous les manager du médico-social qui veulent justement manager dans la confiance” en attestent.
C’est le cas des directeurs des soins dans les centres hospitaliers, qui se voudraient chefs d’orchestre du parcours de santé, interlocuteurs clés des acteurs du médico-social.

Réunions régulières, visites dans les services, accompagnement de situations critiques, entretiens… rester proche du terrain, ca prend du temps mais c’est rentable.

On partage mieux la vision de la structure. On évalue mieux les forces de ses équipes, de sa structure (et il y en a, forcément !). On suit de visu les indicateurs de performance permettant de prendre conscience des enjeux et de leur évolution que l’on espère favorable (pour la RSE : voir le guide pratique Agirc-Arrco).

Cela demande d’avoir envie de se confronter aux réalités et d’être convaincu que des solutions existent pour accompagner autrement, mieux, dans le respect et la dignité des personnes fragilisées et des professionnels, face aux contraintes économiques (voir cette semaine la montée au créneau des syndicats de retraités et des professionnels de la gérontologie sur les détournements des crédits de la CASA).

Pas facile de se libérer du temps en effet. Les arrêts de travail, les remplacements, le recrutement, les urgences, les dossiers administratifs… étouffent et submergent parfois un staff bien léger en médico-social (un directeur pour x structures mais proche du terrain ?). Les salariés des EHPAD, des SSIAD, des SPASAD… sont aussi des aidants de personnes fragilisées, malades. La journée nationale des aidants leur est consacrée ce 6 octobre.

Et quand la vision positive est partagée, quand les outils, les techniques assurent un prendre soin de qualité, on voit que les énergies se libérer (comme le challenge étonnez-moi” cette semaine). On peut aborder des sujets difficiles comme … la mort (voir le livre coordonné par le philosophe Bertrand Quentin cette semaine).

Quel plaisir de croiser le regard rassuré, serein, étonné, amusé d’être toujours là d’une personne âgée fragilisée et de ses proches.

Rien de tel que le terrain !

Partager cet article