Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Qualité & management

l'Humain d'abord

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 06/11/2017

0 commentaires

Pour des professionnels bien traités et bientraitants


Annie de Vivie

Le dernier livre du consultant Jean-Louis Deshaies aux presses de l’EHESP nous propose de prioriserL’humain d’abord” en lien avec le management bienveillant du Dr P.Rodet et de Y. Desjacques.

Parce que les professionnels du secteur médico-social accompagnent, prennent soin de personnes, fragilisées, malades, vulnérables.
Parce que le secteur soutient aussi les proches aidants
Parce que les professionnels sont d’abord des femmes et des hommes, avec leurs parcours, leurs formations, leurs compétences, leurs personnalités… à manager souligne le livre du consultant Joël Moulhade.

Ils ont besoin de s’enthousiasmer dans leurs métiers, de créer, d’innover : voir cette semaine les concours culinaires et la remise des Labels Humanitude 2017 par Marie-Anne Montchamp présidente de la CNSA, ce 9 novembre dans le cadre de notre 10e colloque sur les approches non-médicamenteuses.

Ces professionnels peuvent aussi perdre le sens de leur métier, s’épuiser et s’arrêter. Rappelons que le secteur de l’aide à la personne vit une explosion des accidents du travail (+ 45 % en 10 ans).

Avec un projet de loi de finance de la sécurité sociale (PLFSS) 2018 qui s’annonce positif, avec prudence, le vieillissement de la population, les maladies chroniques et neurodégénératives bousculent les structures, les schémas, les repères. L’objectif Zéro sans solution” comme le demande le rapport Piveteau cité par Jean-Louis Deshaies..

Saluons la volonté de financer la télémédecine, mais remarquons l’absence d’un dossier médical partagé.
Saluons le rapprochement des compétences (Anesm-HAS) vers des repères, un référentiel opposable en termes de qualité de prendre soin.
Mais quid en terme de repères opposables pour les crédits et donc pour les professionnels formés, compétents, managés auprès des plus fragilisés ?

Tout part du diagnostic partagé des pratiques explique Jean-Louis Deshaies.

Tout part aussi de la volonté et de la possibilité d’atteindre la mise en oeuvre des valeurs affichées dans le quotidien des pratiques.

Tout un art que nous serons ravis de débattre avec vous ces 9 et 10 novembre à la Cité des Sciences à Paris pour notre 10e colloque annuel sur les approches non médicamenteuses.

Pour des professionnels bien traités et bientraitants.
Un art de prendre soin de l’humain d’abord !

Partager cet article