Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Qualité & management

Evènements indésirables / Evènements désirables

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 14/05/2018

0 commentaires

EIED

Les professionnels des établissements et services sociaux et médico-sociaux sont conditionnés au repérage des fragilités, des dysfonctionnements, des situations à compenser, des difficultés… jusqu’aux évènements indésirables graves (EIG).

Des Structures régionales d’appui (SRA) se déploient auprès des Agences régionales de santé pour leur venir en appui.

Les professionnels vivent dans un environnement de plus en plus contraints, sous de multiples pressions : celles des personnes fragilisées qui veulent coûte que coûte rentrer chez elles (voir cette semaine le Drom-test encore à valider), celles des tensions sur l’attractivité des métiers (qui fait largement défaut) en lien avec la pression des finances (voir les inégalités des tarifs APA à domicile relevés cette semaine) dans un secteur notoirement sous-doté.

Comment lever ces pressions ? Comment retrouver du sens, du souffle ?

En repensant le modèle pour le rebâtir, suggère cette semaine Bernard Devert, président-fondateur du mouvement Habitat et Humanisme, vers une société à l’humanité augmentée ?

En se tournant vers l’art, les artistes, les artothèques, ressources étonnantes ?

En focalisant nos regards certes vers les évènements indésirables pour les repérer, les circonscrire et les prévenir.

Mais aussi en nous obligeant à focaliser nos regards vers les évènements désirables vécus, créés, rencontrés, chaque jour, à partir des capacités préservées (voir une échelle cette semaine proposée par des psychomotriciens de Toulouse).

Mesurer autant voire plus, les évènements désirables qu’indésirables.

Chiche !

Partager cet article