Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Accompagnements & soins

Qualité de vie et maladie d'Alzheimer : comment la moduler et l'améliorer au travers du lien soignants/soignés ?

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 03/12/2018

0 commentaires

Favoriser le bien-être respectif pour renforcer la stratégie de prendre soin

Des outils permettent aujourd’hui d’évaluer la qualité de vie aux différents stades de la maladie d’Alzheimer. Cette qualité de vie est fortement liée à celle des proches aidants et des professionnels soignants. Favoriser leurs bien-être respectifs renforcent la stratégie de prendre soin.


Mots-clés : qualité de vie — maladie d’Alzheimer — aidant/​aidé – soignant soigné — burnout 

La qualité de vie est la perception qu’a un individu de sa place dans l’existence. Elle est très liée à une évaluation subjective globale de son bien-être et des satisfactions que l’on en a au quotidien. Elle est modulée par son histoire de vie, ses conditions de vie et de ce point de vue, peut être améliorée par des interventions ou des actions organisationnelles en promotion de santé.

Dans le champ des maladies neurodégénératives, s’intéresser à la qualité de vie traduit la prise en compte de ce que vit et de ce que pense le sujet touché par la maladie. Il ne s’agira plus uniquement de soigner une maladie, mais de satisfaire les besoins de la personne malade, au travers de ses demandes, ses attentes, son degré de satisfaction et de bien-être.

Il existe désormais plusieurs outils permettant d’évaluer la qualité de vie aux différents stades de la maladie d’Alzheimer, nous en ferons le point. Cette qualité de vie reste sous la dépendance du degré d’altération cognitive ou du degré d’altération fonctionnelle, mais est surtout modulée par l’existence de troubles psycho-comportementaux et notamment, l’anxiété et la dépression.

Le précepte qui voudrait que le mieux soit de rester chez soi, est battu en brèche par les études de qualité de vie qui montrent que, dans le champ de la maladie d’Alzheimer, la qualité de vie peut être meilleure, selon le stade, en institution. Par ailleurs, il existe un lien direct entre qualité de vie de l’aidant et qualité de vie du patient et vice versa, ce pourquoi dans le champ de nos institutions soignantes au sens large, il convient de veiller au bien-être de nos patients ou résidents en limitant le burnout des soignants.

Si les facteurs de risque du burnout sont bien maitrisés, il existe également des pics d’action pour en limiter la prévalence. Cette stratégie du bien-être soignant devrait permettre d’améliorer la qualité des patients et/​ou résidents.

CV
Pr. Jean-Luc Novella : PHD Researcher au service de gériatrie du CHU Reims (Gériatrie aiguë et consultation mémoire)

Partager cet article