Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Accompagnements & soins

Le management au service de la qualité de vie

Auteur Rédaction

Temps de lecture 3 min

Date de publication 23/01/2019

0 commentaires

Limiter les conflits avec le management positif

Les conflits sont inévitables dans les établissements sanitaires et médico-sociaux. Ils ont des conséquences négatives sur les professionnels et les personnes accueillies. Il est donc nécessaire de les gérer rapidement et efficacement.
Mais il est encore plus pertinent de les éviter. Le management positif reste le meilleur moyen de limiter les conflits.

Mots-clés : management positif — organisation positive — accompagnement positif – conflit – tension — mal être — prévention

Les conflits doivent être gérés


Les conflits font partie du quotidien des professionnels des établissements sanitaires et médico-sociaux. S’ils ne sont pas gérés, ils peuvent conduire à des tensions au sein des équipes, à un mal être chez certains salariés et à une détérioration de l’accompagnement des personnes accueillies.

Ils doivent donc être traités dans les meilleurs délais et leur résolution sera d’autant plus facile qu’ils seront pris en compte dès le début. Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas dans la mesure où certains cadres craignent les conflits et laissent des situations perdurer.

Il existe pourtant des méthodes simples pour résoudre les conflits dans les établissements, qu’elles soient relationnelles ou organisationnelles. En amont de la résolution, il est nécessaire de faire un diagnostic de la situation en identifiant les causes du conflit, les facteurs sous-jacents et la phase dans laquelle il se situe.

Les conflits peuvent être évités


Néanmoins, il est plus sage de prévenir les conflits dont les conséquences négatives seront toujours préjudiciables aux établissements. Pour cela les cadres de direction et les cadres de proximité ont intérêt à renforcer le management positif avec les professionnels.

Il se décline en trois dimensions complémentaires : le relationnel positif, l’organisation positive et l’accompagnement positif. Il permet de renforcer l’accompagnement individualisé de chaque professionnel, nécessaire dans l’évolution actuelle du secteur et des profils recrutés.

Le degré d’engagement des professionnels dans leur travail n’est pas le même d’une personne à l’autre. Cela peut générer des tensions dans l’organisation du travail et dans les relations interpersonnelles. Traditionnellement, on retrouve dans tous les établissements sanitaires et médico-sociaux 3 catégories de salariés :
  • des salariés impliqués dans la durée,
  • à l’opposé, des salariés dont l’investissement est régulièrement insuffisant,
  • entre les deux, des salariés dont l’implication est incertaine et dépend en partie des professionnels avec lesquels ils travaillent.
L’objectif du management positif est de ramener l’ensemble des professionnels dans le jeu, c’est-à-dire d’obtenir une implication pérenne de tous. Cela ne se fera pas du jour au lendemain mais permettra de réduire le nombre de conflits.

Les cadres de direction et les cadres de proximité peuvent alors utiliser les 3 leviers du management positif :
  • Le relationnel positif facilite la communication avec les professionnels et permet l’instauration d’un dialogue quotidien qui répond au besoin de reconnaissance de tous les salariés.
  • L’organisation positive contribue à réduire les zones de flou dans l’organisation du travail et les glissements de tâches, ce qui limitera d’autant les tensions.
  • L’accompagnement positif permet à chaque professionnel de disposer d’objectifs clarifiés et acceptés. Il sera accompagné dans leur réalisation, ce qui limitera les difficultés qu’il pourrait rencontrer et renforcera son autonomie.



En conclusion


Ainsi le management positif est un bon moyen de limiter les conflits et de renforcer l’implication des professionnels dans leur travail. L’accompagnement des personnes accueillies en sera d’autant amélioré.

N’oublions pas cependant que, si le management positif peut réduire les conflits, il ne les éliminera pas pour autant. C’est pourquoi, il est essentiel de les traiter systématiquement et de ne laisser aucune situation de tension perdurer. Cela remettrait rapidement en cause l’efficacité du management positif et la cohésion des équipes.


Vincent Chagué, docteur en sciences de gestion, est maître de conférence des universités à l’IAE de Limoges et professeur à l’INSEEC où il dirige le Master of sciences directeur des établissements de santé.
Expert en management et organisation des établissements sanitaires et médico-sociaux, il accompagne de nombreux établissements et intervient dans la gestion des conflits et des situations de crise.
Partager cet article