Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Accompagnements & soins

Impacts de l'activité physique sur la qualité de vie des uns et des autres

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 13/02/2019

0 commentaires

S’échauffer dès le matin, les uns et les autres

L’équipe de la Résidence Korian Villa Gabrielle en Gironde a été formée et accompagnée par ReSanté-Vous pour mettre en place une pratique d’activités physiques simples, régulières et autonomes, pour le personnel et pour les résidents dans une démarche préventive. Pour illustrer leurs projets respectifs, ils vont témoigner et partager un temps d’échauffement avec la salle.

Mots-clés : QVTTMS — lien social — activités physiques – prévention — EHPAD

La pratique régulière d’une activité physique adaptée à ses capacités est recommandée par l’OMS. Pourtant une étude de 2017 de l’INSEE révèle que moins de 37 % des français entre 25 et 64 ans pratique au moins une fois par semaine une activité physique en dehors des obligations professionnelles. Cette proportion diminue avec l’avancée en âge et montre que seulement moins d’un français sur quatre pratiquent après 65 ans1. Cette faible adhésion à une pratique chronique s’appuie sur l’argument d’un manque de temps, une organisation qui ne le prévoit pas et aussi un manque de motivation, voire même une appréhension.

L’objet de l’accompagnement proposé par ReSanté-Vous consiste à guider vers une intégration progressive dans le quotidien des services, d’une pratique d’activités physiques visant à maintenir ou améliorer la santé des professionnels (EHPAD, SSIAD, SAAD, …) ainsi que celle des personnes accompagnées.

La démarche débute par des rencontres individuelles réalisées en amont avec un professionnel de la santé, afin de faire un état des lieux du niveau de pratique, des douleurs ressenties et de la charge de travail perçue. Ensuite une formation échelonnée sur plusieurs demi-journées est proposée afin d’accompagner une montée en compétence et un accompagnement progressif. Ce suivi vise à tout d’abord à comprendre et autonomiser une pratique d’exercices physiques simples de tonification musculaire et de mobilisation articulaire. Ces acquisitions peuvent ainsi conduire à la mise en place d’une démarche collective de pratique vers des temps dédiés à l’échauffement ou l’étirement, dans le temps de travail. Ce qui est aussi générateur de lien social. Il est également envisageable d’intégrer les résidents dans cette démarche simple.

1 Pratiques physiques ou sportives des femmes et des hommes : des rapprochements mais aussi des différences qui persistent. Insee Première François Gleizes, division Conditions de vie des ménages, et Émilie Pénicaud, division Études sociales, Insee ; N° 1675 Novembre 2017.


Guy Le Charpentier est co-directeur de ReSanté-Vous et ingénieur en réadaptation, spécialisé dans les approches humaines et non-médicamenteuses en gérontologie. Formateur en gérontologie (EHPAD, SSIAD, ESA, SAD…) spécialisée sur la culture de la bientraitance et la Qualité de vie au travail. 

Partager cet article