Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Réseaux & territoires

De l'Europe au quartier et l'inverse

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 29/05/2019

0 commentaires

Bottom up à partir de l’éthique professionnelle en mode apprenant

Au lendemain des élections européennes, force est de constater que les enjeux du vieillissement vont revenir en boomerang dans les priorités des députés élus. Neufs listes françaises (*) ont en effet signé la charte contre l’âgisme, pour l’avancée en âge.

Parce que la démographie pousse à relever le défi du vieillissement, avec des réponses financées et donc des professionnels compétents, formés en nombre suffisants pour répondre aux attentes et besoins des personnes où qu’elles vieillissent.

Sachant qu’elles souhaitent vieillir chez elle, dans leur domicile historique. Et qu’en France, la réforme attendue de la tarification des Saad accouche d’un décret qui met les réseaux vent debout.

On ne pourra avancer sans repenser ces financements et aussi les gouvernances, les organisations.

Aux Pays-Bas, personne n’aurait parié sur le succès des équipes de santé communautaires autonomes de Buurtzog. Les infirmiers y mettent en oeuvre leur éthique professionnelle et leur rôle propre au service de la qualité de leur prendre soin et de leur qualité de vie au travail. Avec comme résultat 13 ans après leur lancement, plus de 1 000 équipes salariées, volontaires, intedisciplinaires et des coûts patients 40 % inférieurs aux prises en soin libérales, à l’acte, insiste Jos de Blok le fondateur de Buurtzog que nous avons rencontré la semaine dernière.

Partout dans le monde, comme au Québec, on invente des réponses comme ces cliniques des Aînés, où l’expertise gériatrique des établissements va au-devant des personnes âgées les moins autonomes, dans les quartiers.

Alors que l’Ehpad Bashing continue avec ce récit d’une aide-soignante, quelle surprise de lire page 136 que la formation doit certes être continue mais surtout pour les directions”.

Pour prendre soin de situations complexes, avec des risques de troubles du comportement, d’épuisement des proches aidants… toutes les professions sont invitées à interroger leurs pratiques, à mener une réflexion éthique (comment respecter l’intimité, la sexualité à notre prochain colloque), à se former en continu, à s’informer sur les nouveautés, les conseils (Comment bien choisir un fauteuil ?), les recommandations (pour laccueil des résidents porteurs de BMR, bactérie multi-résistante), les initiatives inspirantes (comme Nutrichic : un programme d’envergure pour améliorer l’expérience alimentaire en Ehpad en Cornouaille).

Les territoires font ainsi évoluer les bonnes pratiques, qui remonteront au niveau national, puis européen, en mode bottom up” avant de redescendre, un jour, en recommandation officielle, opposable aux états.

En tout cas les auteurs et signataires de la charte pour l’avancée en âge (dont je fais partie) resteront attentifs à ce que les candidats signataires portent bien ces questions au plan national et européen !


(*) La France insoumise ; La République en Marche ; Debout la France ; Génération.s ; Espéranto ; Les oubliés de l’Europe ; Le Parti socialiste ; Les Républicains ; L’Union des démocrates et indépendants.

Partager cet article
Tags