Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Accompagnements & soins

Quand la sexualité renforce le sentiment de vie

Auteur Rédaction

Temps de lecture 4 min

Date de publication 18/12/2019

0 commentaires

80 % des plus de 75 ans gardent une sexualité jugée satisfaisante, avec des orgasmes toujours possibles d’autant qu’ils sont le meilleur reconstituant du sentiment de vie”. L’âge de la retraite n’est pas celui de tous les renoncements. Le désir n’a pas d’âge. Quelques pistes pour en prendre conscience et accompagner.



Mots clés : sexualité — vieillissement — orgasme — relations sexuelle — caresse — tendresse

Les études épidémiologiques montrent de nouveaux profils d’hommes et de femmes qui ne souhaitent pas renoncer à leur sexualité, y compris jusqu’à un âge avancé. 64 % des hommes et 37 % des femmes déclarent que leur sexualité reste un centre d’intérêt important. 

Mythes concernant la sexualité et le vieillissement

Selon Striar et Hoffman (1984), les mythes concernant la sexualité et le vieillissement ont pour effet d’accentuer la solitude des personnes âgées, de diminuer leur estime de soi et d’entraîner chez elles des troubles de leur fonctionnement sexuel. 


Il est important de ne pas se conformer à ces mythes qui peuvent : 
  • accentuer la solitude ;
  • diminuer l’estime de soi ;
  • entraîner des troubles de fonctionnement sexuel ;
  • renforcer une vision « stéréotypée et négative » de l’ensemble des personnes âgées.



Le tabou de la sexualité aux âges avancés

Déplacée, ridicule, dangereuse, transgressive, hors normes… sont les qualificatifs que l’on entend couramment à propos de la sexualité des personnes âgées. 

A propos des personnes âgées, les croyances populaires peuvent être résumées ainsi : 
  • elles n’ont pas de désirs sexuels ;
  • elles ne pourraient pas faire l’amour même si elles le voulaient ; 
  • elles sont trop fragiles physiquement et le sexe peut leur causer de la douleur ;
  • elles ne sont pas attirantes physiquement et, par conséquent, elles ne sont pas désirables ;
  • le sexe est honteux et pervers.


Les croyances populaires culpabilisent la personne elle-même. 


Les personnes âgées peuvent se conformer aux attentes de la société et mettre fin à une vie sexuelle active en estimant que ce comportement n’est plus de leur âge. 

Attention à l’entourage (enfants, petits-enfants) qui peut décourager d’avoir une vie sexuelle active ou imposer des restrictions sur le plan des activités sexuelles.

Et dans les faits ?

Après 94 ans : 17 % des hommes ont des relations sexuelles au moins une fois par semaine, 35 % se masturbent régulièrement.

Entre 80 et 102 ans : 63 % ont des relations sexuelles, 29 % plus d’une fois par mois, et 3 % plus d’une fois par jour.

Quelles pratiques sexuelles de 80 à 102 ans ? 

Les fantasmes pour 88 % des hommes et 71 des femmes ; les caresses et la sensualité pour 82 % des hommes, 64 % des femmes ; la masturbation pour 72 % des hommes et 40 % des femmes ; les relations sexuelles pour 63 % des hommes et 30 % des femmes.

Concernant le plaisir avec la masturbation, il concerne 85 % des hommes et 64 % des femmes ; le plaisir et la relation sexuelle : 76 % des hommes et 39 % des femmes.

Evolution des comportements sexuels 

Les études montrent des différences de comportements sexuels avec l’avancée en âge. Les personnes de plus de 70 ans (au regard des moins de 35 ans) font plus l’amour dans un lit, chez eux, moins le soir et plus le matin.

Les cinq sens en éveil 

Quel est pour vous le sens le plus déclencheur” de la sexualité ?

A cette question posée par Marie-Hélène Colson dans une étude réalisée en 2006, 81 % des plus de 70 ans répondent le toucher. 

Même si l’audition, la vue, l’odorat baissent en vieillissant, le toucher reste le sens privilégié pour déclencher la sexualité.

Tout est une question d’optimisation 

  • Sélectionner les moments propices à la sexualité
  • Favoriser le respect de la stricte intimité
  • Donner le choix, permettre les choix
  • Continuer de pratiquer, de s’entraîner
  • Trouver des moyens, des aides 
  • Accepter les évolutions de l’expression de la sexualité sans renoncer

Dr Marie-Hélène Colson : médecin sexologue, Marie-Hélène Colson enseigne la sexologie dans les facultés de médecine de Marseille et de Montpellier. Elle exerce la sexologie à Marseille depuis vingt ans. Praticien, responsable d’associations, conférencière et auteur de nombreux articles scientifiques et de publications sur la sexualité.
Partager cet article