Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Ecolo ou technologique, le business de la mort suit la tendance

Auteur Rédaction

Temps de lecture 3 min

Date de publication 11/04/2011

0 commentaires

Le 1er Salon de la Mort qui s’est déroulé au Carrousel du Louvre à Paris le week-end dernier a tenu ses promesses : surprendre, innover, et surtout réunir dans un même lieu des acteurs aussi variés que des entreprises de pompes funèbres, des assurances, des associations ou des artistes. On fait le point.S’imaginer mortL’idée est saugrenue. Pourtant nombreux sont les visiteurs à avoir testé un cercueil en direct. Large, moelleux, équipé d’un oreiller et d’une couverture, il se ferme à deux battants, à l’américaine”, précise l’un des exposants. Une spécificité peu fréquente en France. Pays où les normes sont très strictes, notamment en matière de largeur. Les caveaux français ne permettent

Cet article est réservé à nos abonnés agevillapro

Pourquoi cette information est-elle payante ?

Notre rédaction se mobilise quotidiennement pour réaliser deux newsletters hebdomadaires et alimenter le site internet d'agevillagepro, dédié aux professionnels du secteur, en informations techniques, dossiers d'actualité ou de fond.

J’ai déjà un compte

mot de passe oublié

Abonnez-vous pour accèder à notre contenu exclusif

Actualités, outils pratiques, textes officiels, appels à projets : retrouverez chaque semaine toute l’information utile aux professionnels du secteur

Découvrir les abonnements
Partager cet article

Sur le même sujet