Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Réseaux & territoires

Vous avez dit « convergence »

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 12/09/2011

0 commentaires

Annie de VivieCe mot convergence” revient souvent dans la bouche des acteurs de la gérontologie, des décideurs politiques.

La convergence de prestation entre les personnes en situation de handicap de moins de 60 ans (PCH : prestation de compensation du handicap) et de plus de 60 ans (APA : Aide personnalisé d’autonomie) a été balayée lors des derniers débats. Cette discrimination flagrante qui devait être levée dans le cadre du la loi handicap de 2005 est dénoncée par de nombreux collectifs. 

Pour autant les décideurs politiques de tous bords (à ce jour) ont du mal à imaginer cette convergence”. Pour deux raisons :
- l’aide aux personnes ne sera pas la même selon leur âge, leurs situations. Mais convergence” n’a jamais voulu dire confusion”.
- les enjeux financiers qu’entrainerait cette convergence, seraient trop difficiles à supporter par les acteurs concernés (Conseils généraux, Etat). Voilà une décision éminemment politique

Autre convergence : la convergence budgétaire” prônée par les pouvoirs publics pour rationnaliser” les attributions de crédits entre établissements. Cette convergence est surtout perçue sur le terrain, par les professionnels, comme la volonté de diminuer les crédits de ce secteur pourtant loin de nager dans l’opulence au regard des besoins en soins de plus en plus lourds des personnes accompagnées.

La convergence des outils, des référentiels pour évaluer les situations de handicap est aussi en cours”. Pour les personnes de moins de 60 ans, on utilise le GEVA, pour les personnes de plus de 60 ans, la grille AGGIR et le référentiel Pathos font débat.

Il reste vrai que les établissements qui accompagnent des personnes en situation de handicap de moins de 60 ans sont nettement mieux dotés en personnels qualifiés que les EHPAD (Etablissements pour personnes âges dépendantes). Le directeur d’établissement qui vient de publier Le grand âge à l’abandon”, l’a constaté sur le terrain. Pas questions pour autant de déhabiller Pierre pour habiller Paul. Que voulons nous collectivement pour nos vieux jours ? Quels moyens convenables d’existence ? Les débats ne sont pas allés jusque là…

Mais dans les départements, les directions personnes âgées” / personnes handicapées” laissent leur place à des directions de l’autonomie”, constate l’ODAS, avec une mutualisation des services et des missions. Sept départements ont fait évoluer leur MDPH (Maison départementales des personnes handicapées) en maisons de l’autonomie” en lien avec les CLIC, les MAIA.

Un effort louable, encore marginal, encore insuffisant … mais à saluer !

Partager cet article