Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Entretien avec Jean-Marie Delarue, Contrôleur général des lieux de privation de liberté

Auteur Rédaction

Temps de lecture 5 min

Date de publication 10/03/2013

0 commentaires

Un regard extérieur est une garantie supplémentaire pour toutes les personnes, privées de liberté ou non”

Vous avez demandé que la loi étende vos compétences de Contrôleur général des lieux de privation de liberté aux établissements d’accueil pour personnes âgées. Pour quelles raisons ?- Jean-Marie Delarue. Avant tout, il ne s’agit pas d’une demande improvisée. D’abord il s’est écoulé neuf mois entre le moment où j’ai présenté l’avant-projet de loi au gouvernement et le moment où il a été rendu public. D’autre part, je l’ai fait après cinq ans d’exercice, maintenant que la méthode de nos visites est éprouvée. Je voudrais dire aussi que je n’ai jamais assimilé les EHPAD à des prisons. La loi qui a créé le

Cet article est réservé à nos abonnés agevillapro

Pourquoi cette information est-elle payante ?

Notre rédaction se mobilise quotidiennement pour réaliser deux newsletters hebdomadaires et alimenter le site internet d'agevillagepro, dédié aux professionnels du secteur, en informations techniques, dossiers d'actualité ou de fond.

J’ai déjà un compte

mot de passe oublié

Abonnez-vous pour accèder à notre contenu exclusif

Actualités, outils pratiques, textes officiels, appels à projets : retrouverez chaque semaine toute l’information utile aux professionnels du secteur

Découvrir les abonnements
Partager cet article

Sur le même sujet