Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Réseaux & territoires

Report de la loi Grand âge : comment se faire entendre ?

Auteur Annie De Vivie

Temps de lecture 2 min

Date de publication 21/01/2021

0 commentaires

Au 13eme colloque nationale de la Fédération des associations de directeurs au service des personnes âgées (Fnadepa), la ministre de l’Autonomie, Brigitte Bourguignon, a confirmé que « le Gouvernement est déterminé à appliquer la réforme du grand âge et de l’autonomie, volonté érigée en priorité au terme de la crise sanitaire ».

Comme ses collègues présidents de fédérations professionnelles, Jean-Pierre Riso, président de la Fnadepa, refuse de voir s’épuiser les professionnels, ces collègues qui s’investissent au quotidien pour protéger les personnes âgées et leur assurer un accompagnement digne. Nous refusons de voir notre population vieillir dans une société inadaptée au vieillissement”.

Impossible de comprendre ces écarts de taux d’encadrement entre le public et le privé comme le montre la Drees cette semaine.

Impossible de ne pas voir les chiffres élevés de la sinistralité et des risques professionnels du secteur, même s’ils semblent enfin marquer le pas en 2019. Pour réduire les TMS et les chutes aux domiciles, l’Assurance Maladie-Risques professionnels propose ainsi aux entreprises de moins de 50 salariés la subvention Aide et soins à la personne.

Du domicile aux établissements en passant par les filières, les territoires, tous les professionnels de la gériatrie et de la gérontologie exhortent le gouvernement à se bouger et inscrire d’urgence le projet de loi Grand âge et autonomie à l’agenda parlementaire.

Mais comment se faire entendre ?

Comment défendre le professionnalisme requis pour prendre soin de personnes âgées aux situations complexes ?

Comment défendre le professionnalisme requis pour aborder la fin de vie et la mort comme le souligne les experts réunis par Philippe Pitaud dans le livre Vivre vieux, mourir vivant ? On ne peut abandonner les professionnels à ces questions comme le délai à considérer pour déterminer si le décès d’une personne n’est plus dû au coronavirus ?

Comment défendre que l’on peut vieillir debout si l’on structure un prendre soin doté, ajusté, tracé, outillé, soutenu ? Il en faut des moyens, de la volonté, une vision, pour déployer de telles démarches motivantes qui soudent, fédèrent les équipes. Elles se mobilisent alors d’un seul homme autour de la vaccination anti-covid comme l’a salué le ministre de la Santé Olivier Véran lors de sa visite dans un Ehpad labellisé Humanitude.

Et si les professionnels s’arrêtent ? Et si les aidants désertent ? Et si les services de gériatrie et gérontologie baissent le rideau faute de ressources ?

Le report de la Loi Grand âge a provoqué en tout cas une immense déception dans les rangs des professionnels.

Partager cet article
Tags