Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Accompagnements & soins

Je vous souhaite de belles fêtes... quand même

Auteur Annie De Vivie

Temps de lecture 2 min

Date de publication 28/12/2020

0 commentaires

Douceurs, magies, lumières… malgré la campagne de vaccination qui arrive

L’année 2020 s’achève.

Les fêtes de fin d’année nous invitent à un peu de douceur, de chaleur, de lumière.

Les domiciles, les établissements s’illuminent… jusqu’aux concours de sapin avec Stop à l’isolement, aux concours de pulls moches, à la mobilisation des animaux petits et grands relayés avec bonheur sur les réseaux sociaux.

Merci l’art, la culture accessibles à distance, merci les festivals (comme celui du film en ehpad) de nous emmener, de nous émerveiller.

Malgré tout.

Malgré ce virus contre lequel une vaccination s’organise avec un protocole publié in extremis. Sa mise en œuvre repose sur des équipes à nouveau sous pression. Gageons qu’elles soient guidées par la réflexion éthique, entre protection et liberté de choix de chaque personne, en mode collégial.

Malgré les exclus du Ségur comme les professionnels du domicile, qui ne lâchent rien et veulent faire reconnaître leurs métiers et les salaires associés.

Malgré les dépenses sociales autour du Grand âge dont la gouvernance reste morcelée comme le montre l’Odas alors que la démographie s’accélère.

Malgré les atermoiements autour de la reconnaissance du professionnalisme nécessaire pour prendre soin de situations complexes. Cette semaine, la SFGG présente le référentiel des compétences des infirmiers en pratique avancée en gérontologie (Ipag). La CNSA quant à elle mobilise 30 millions pour outiller les ESMS sur les enjeux du numérique.

Malgré l’âgisme individuel et collectif bousculé par ces trophées, questionné par cette consultation lancée par Brigitte Bourguignon sur la place des aînés… nous demain.

Malgré ces coûts de la non-qualité qui pourraient devenir des gisements d’énergies, de services coordonnés, connectés, labellisés, rassurants, financés, motivants, des gisements d’emplois vertueux pour les territoires. Des métiers indispensables et merveilleux comme en témoigne M. Schustermann, habitant d’un Ehpad, à la toute fin de la conférence en ligne de l’Ecuje et la Fondation Casip-Cojasor (à 1 heure 49).

Rien n’est joué : une loi nous est promise, un 5ᵉ risque Autonomie est posé…

Alors profitons de ces temps de fêtes pour nous retrouver, nous réchauffer et reprendre des forces pour cette nouvelle année 2021 que nous rêvons meilleure.

A l’année prochaine !

Partager cet article