Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Qualité & management

Le PAI de la CNSA pour les nuls. Savez-vous ce qu’il peut financer ?

Auteur Annie De Vivie

Temps de lecture 3 min

Date de publication 09/03/2022

0 commentaires

Le plan d'aide à l'investissement 2021 de la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie gagne à être connu sur les volets immobilier et numérique. Il cible principalement le tiers des places habilitées à l'aide sociale en Ehpad qui n'a pas fait l'objet de rénovation lourde depuis plus de 10 ans. Les milliards mobilisés visent aussi l'effet de levier : 1 euro investi par la CNSA génère 7 euros pour les co-financeurs estime Gaël Hilleret, directeur des établissements et services médico-sociaux de la Caisse. Alors le PAI de la CNSA : comment ça marche ?

2,1 milliards d’euros dans le médico-social (sur les 19 milliards du Ségur 12).
1,5 milliard sont fléchés sur l’immobilier (évolution de l’offre, virage domiciliaire) et 600 millions d’euros dans le numérique sur 5 ans. Ce volet du PAI vise à déployer le DUI : dossier usager informatisé pour dynamiser le parcours, le lien avec les acteurs du réseau d’aide et de soin. Il est plus large que le DMP (dossier médical partagé) avec le projet de vie.

450 millions sur le PAI Immobilier personnes âgées

Il se décompose en 280 millions pour les projets immobiliers, 125 millions pour le PAI du quotidien, 20 millions d’euros pour les résidences autonomie, 20 millions d’euros pour le PAI Outre-Mer et Corse, 3 millions d’euros pour l’appel à projet Tiers lieux, 2 millions d’euros pour l’appel à manifestation d’intérêt (AMI) en vue de financer un réseau de conseillers en transition énergétique et écologique en santé (CTEES).

Que peut financer le PAI ?

Il ne concerne pas l’acquisition de terrain et équipements mais des opérations lourdes d’investissements (construction, réhabilitation, restructuration, mise aux normes, rénovation énergétique) sur des places existantes ou nouvelles. 

Le PAI peut financer les VEFA (ventes en l’état futur d’achèvement) et CPI (contrats de promotion immobilière). Il finance aussi les études de faisabilité en lien avec les outils mis en œuvre sur le site de la CNSA (Grands Chantiers > PAI Ségur), celui de l’Anap et bientôt les ressources du Laboratoire des solutions de demain.

Exemple d’un PAI

40 000 euros minimum pour les études (80 % maximum du coût) + 400 000 euros minimum pour les travaux de places habilitées à l’aide sociale (60 % maximum du coût).

En termes de trésorerie, le PAI de la CNSA est versé à 30 % à l’acte juridique engageant les travaux ou l’étude (fiche OSCIMES : Observatoire des surfaces et des coûts immobiliers en établissement de santé), 40 % sur présentation des factures acquittées, 30 % à réception de l’attestation de fin de travaux. 

Et nouveauté : le PAI 2021 prévoit la pluriannualité.

Les critères du PAI CNSA, décentralisé dans les ARS

Les critères sont ceux de la CNSA (plans nationaux, transformation de l’offre, modernisation, cadre de vie, virage domiciliaire, transition énergétique en lien avec la loi Elan, pertinence au regard des publics : maillage local, insertion locale, intérêt des résidents et familles) complétés de ceux des territoires, des ARS avec un zoom sur l’efficience économique (soutenabilité du RAC), la qualité de l’accompagnement des résidents et des professionnels.

Comment faire acte de candidature ? Les contacts ?

Il s’agit de déposer le dossier sur le site dédié, en lien avec le contact de l’Agence régionale de santé.

Pour les résidences autonomie, le contact est la Carsat. Un appel à projets est ouvert depuis le vendredi 4 mars 2022 jusqu’au 31 mai 2022 auprès de la caisse régionale compétente. Un cahier des charges précise les conditions d’éligibilité et les modalités d’attribution des financements. Il est consultable sur les sites de l’Assurance retraite et de la CNSA.

Erreur d’aiguillage

Si la Banque des Territoires et les directions régionales Caisse des dépôts sont très sollicitées pour les montages, les financements, en revanche les factures sont à adresser au FMIS (fonds pour la modernisation et l’investissement en santé ) certes géré par la Direction des politiques sociales de la Caisse des Dépôts à Bordeaux.
Les coordonnées sont indiquées dans les CPOM :
Adresse postale : CDC Bordeaux, Service du FMIS, rue de Vergne, 33059 Bordeaux Cedex.
Mail : fmis@​caissedesdepots.​fr ou fmespp@​caissedesdepots.​fr

Partager cet article