Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Réseaux & territoires

Défis du vieillissement : équiper aussi les élus locaux seniors

Auteur Annie De Vivie

Temps de lecture 3 min

Date de publication 26/05/2021

0 commentaires

La crise sanitaire a (à nouveau) révélé le rôle clé des territoires dans les politiques du vieillissement. Ils sont en première ligne dès que la situation de vulnérabilité éclate.

S’il faut une impulsion, une vision, des repères éthiques nationaux et des financements solidaires (les regards restent tournés vers l’Elysée et Matignon pour une loi Grand Age avant la fin du quinquennat), il n’empêche : tout se joue sur les territoires.

Les élus locaux sont de plus en plus sensibilisés aux enjeux du vieillissement, a insisté Luc Broussy lors de la remise de ses 80 propositions aux ministres Brigitte Bourguignon pour l’autonomie, Emmanuelle Wargon pour le logement et Jacqueline Gourault pour les collectivités locales. Cette dernière a rappelé qu’elle se sentait directement concernée avec ses cheveux de la couleur de la Silver Economie. Elle avait 18 ans en 1968. Cette génération a fait bouger la société : elle fera bouger le vieillissement” estime Luc Broussy.

63 % des maires, 40 % des conseillers départementaux sont des retraités
rappelle un rapport de l’Institut Montaigne pour bien vieillir. Aux élus nationaux et locaux de valoriser la place, le rôle des plus âgés et d’accélérer l’adaptation de notre société à sa transition démographique (et écologique et numérique).

A eux, à nous de voir le vieillissement comme un défi social à relever. Un chiffre est martelé dans le rapport de Luc Broussy : le scandale des 12 000 décès consécutifs aux chutes des plus âgés (3 fois plus que les accidents de la route !), un piéton sur deux qui décède a plus de 65 ans.

On le voit : seules des Villes Amies des Aînés peuvent aider tous les citoyens, les générations à se projeter, à vieillir ensemble, debout, jusqu’au bout, malgré tout.

Aux élus et à nous tous de participer au déploiement d’une filière autonomie” créatrice d’emplois, de services, d’activités locales.

Vers des solutions habitats pour adapter les domiciles historiques individuels avec le soutien des ergothérapeutes qui peuvent maintenant prescrire des aides techniques, vers de nouvelles solutions collectives (avec le regain d’intérêt interministériel pour l’habitat inclusif), vers plus de résidences autonomie, vers des Ehpad aux Conseils de la vie sociale (CVS) à redynamiser selon le Dr Pradines, où le droit de vote des résidents est soutenu (voir ce kit destiné aux animateurs).

Ces solutions requièrent des personnels au haut niveau de professionnalisme requis au regard des situations complexes qui se présentent et évoluent. Michel Laforcade est fier des revalorisations salariales suite au Ségur de la Santé dont les négociations aboutissent. C’est un premier pas pour poursuivre la valorisation, l’attractivité de ces métiers. Les milliers de postes vacants poussent les professionnels à de nouvelles campagnes de recrutements et de formation vers les consommateurs qui font leurs courses en centre commercial (pour Domus Vi) ou qui travaillent chez Monoprix (pour Korian).

Là encore : les élus ont leur mot à dire pour soutenir des emplois solides, pérennes, professionnalisés, reconnus, financés, dans des structures rassurantes, motivantes, labellisées.

De la culture à la santé, en passant par le logement, les formes d’habitats accessibles et en lien avec la vie, les services, l’intergénération, la formation, le numérique, le lien social tout au long de la vie… On le voit le vieillissement vient s’incruster dans toutes les politiques publiques.

A moins qu’il ne les pulvérise par la pression démographique, économique, le refus des proches aidants et des professionnels de l’aide et du prendre soin de terrain d’être complices et victimes de l’inadaptation de notre société à son vieillissement.


En 2030 les plus de 65 ans seront plus nombreux que les moins de 20 ans.
Avec ces nouveaux rapports, dont celui de Luc Broussy qui reprend des pistes de l’édition de 2013 : on ne pourra pas dire qu’on ne savait pas.

Partager cet article
Tags